L’âne des Korrigans – Quesnay de Beaurepaire, éditions PyréMonde

L’âne des Korrigans
Quesnay de Beaurepaire
Editions PyréMonde

 Présentation de l’éditeur:

Une chanson « chouanne » : L’Âne des Korrigans m’avait très particulièrement intrigué par son côté fantastique et historique à la fois : un conscrit la chantait en ma présence pendant une marche militaire (…) sa voix un peu chevrotante indiquait une émotion particulière, et ce guerrier de l’avenir pensait sans doute avec grande frayeur aux Korrigans dont il était question dans sa légende. J’avais pu comprendre qu’il s’agissait d’un jeune chouan enlevé par les petites fées des landes et changé en âne conformément à leur loi inexorable. Sa sœur connaissait seule sa destinée alors que dans le pays tout le monde admettait qu’il avait été fusillé. Dans la nouvelle enveloppe qui lui permettait de tout voir et de tout entendre, ce qu’ignorent les Korrigans malgré toute leur science, ses idées se sont modifiées et dans son cœur a vibré une corde nouvelle tout à fait inconnue : celle du patriotisme. Aussitôt qu’il a pu reprendre sa forme humaine, il est allé combattre loin de la Bretagne les ennemis de la France et des Bleus : ce qui est une tache infamante pour un ancien chouan, ajoute la chanson. (extrait du prologue)

A partir de ce mince canevas, Quesnay de Beaurepaire réécrit une légende complète, véritable roman historique d’aventures fantastiques, qui mêle la pure légende traditionnelle des Korrigans et du fantastique breton aux guerres de la Révolution et de l’Empire, devenues, au siècle suivant, objet de sagas héroïques.

A redécouvrir : un écrivain et un beau texte de la tradition, jamais réédité depuis son édition originale de 1894.

Langue : français — ISBN : 2.84618.601.4 — Code : AVL094 — Format : 14,5 x 20,5 cm — Nbre de pages : 194 — Date d’édition : 2008 — Illustr. en N&B.

Notre avis:

Rédigé à la toute fin du XIXe siècle, cette très intéressante histoire de fées et de lutins bretons repose sur un ensemble de croyances encore très répandues au début du même siècle, juste avant que l’industrie chasse les sorcières… Excellente idée donc que cete réédition par PyréMonde. Le style est enjoué, plaisant à lire et les pages fourmillent de détails sur les Korrigans, qui sont ici, des figures féminines, des fées mariées à des petites êtres laids appelés Nains. Quoiqu’il en soit, voici la description de ces korrigans qu’on trouve dans ce roman:

« Elles sont admirablement proportionnées dans leur petite taille qui ne dépasse guère trois pieds; le voile qu’elles enroulent pour tout vêtement autour de leur taille laisse apercevoir l’élégance de leurs formes. A leurs épaules sont accrochées des ailes très longues, assez semblables à celles des guêpesou des demoiselles des étangs. Quant à leurs cheveux dont elles sont particulièrement fières, ils flottent ou sont relevés en touffes sur le sommet de la tête retenus par un peigne d’or.
La lune les colore d’un blond argenté qu’on ne rencontre chez aucune créature humaine, et donne à leurs visages une fraîcheur que pourraient envier les plus belles filles des six évêchés. »

Le livre est agréablement illustré et devrait intéresser toute personne en quête d’oeuvres littéraires autour de la féerie. A découvrir donc…

 

Richard Ely

Né en Belgique, j'ai passé toute mon enfance à Ellezelles, village sorcier. J'ai ensuite étudié les fées, elfes et lutins à l'université tout en croisant les chemins de Pierre Dubois, Claude Seignolle, Thomas Owen... En 2007, après avoir parcouru bien des forêts et des légendes, je crée Peuple Féerique. Spécialiste du folklore féerique, auteur d'encyclopédies, de livres, d'albums, je poursuis mon exploration de ce Petit Monde de Merveilles pour le partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez les fées !

Abonnez-vous pour ne rien manquer...

%d blogueurs aiment cette page :