Contes et Légendes de Bretagne – Les puissances inférieures • Les revenants • Les puissances supérieures

CONTES ET LÉGENDES DE BRETAGNE

TOME Ier : Les puissances inférieures • Les revenants • Les puissances supérieures

De François Cadic

Editions des Régionalismes

Présentation de l’éditeur:

« Ce qui surprend chez ces hommes du peuple dénués de culture, c’est la richesse de leur imagination et l’incroyable sûreté de leur mémoire. Le vieux Barac’h vous récitait sans hésitation une poésie composée de plus de mille vers, et Bourlot, le mendiant aveugle de Bieuzy, après vous avoir conté cinquante légendes et chanté vingt chansons, vous déclarait qu’il était encore à votre disposition pour huit jours pleins. […] Le champ que parcourt la légende est sans limite. Il comprend le ciel, la terre et les enfers. Dieu, les saints, le diable, les hommes, les bêtes et jusqu’à la nature inanimée y jouent leur rôle. Tout y prend figure humaine, les personnages surnaturels, comme les êtres les plus infé­ rieurs. Au milieu d’eux l’homme se débat, et pas toujours à son avantage. […] En livrant au public ce premier recueil, je me suis préoccupé de combler une lacune laissée par les collectionneurs qui m’ont précédé. Le légendaire morbihannais avait été méconnu ou négligé par eux. C’est surtout là que j’ai puisé. J’ai glané en maint endroit, dans le pays gallo et le pays breton, à Guer et à Elven, à Pleugriffet et à Grand-Champ, au Gorvello et à Plœren, à Kervignac et à Guémené, en particulier le long de cette belle vallée du Blavet demeurée si bretonne, à Melrand et à Bieuzy, à Pluméliau et à NoyalPontivy, sans négliger d’ailleurs pour cela certains coins très riches de la Cornouailles… (extrait de la Préface, édition originale de 1914). Les Contes & légendes de Bretagne (1914, 1919, 1922) et les Nouveaux Contes & légendes de Bretagne (1922, 1925), sans compter les onze fascicules CONTES ET LÉGENDES DE BRETAGNE TOME Ier : Les puissances inférieures • Les revenants • Les puissances supérieures qui les précèdent, publiés entre 1903 et 1914 (et partiellement repris dans les Contes et Nouveaux Contes), font l’objet de cette nouvelle édition, entièrement recomposée qui comprendra 6 tomes. François Cadic, (1864-1929), né à Noyal-Pontivy (Morbihan), prêtre, professeur d’histoire, écrivain et folkloriste qui a consacré toute sa vie à recueillir contes, légendes et chansons de Bretagne. Il crée, en 1897, l’association la Paroisse bretonne de Paris et rapidement le journal du même nom où seront publiés, initialement, la plupart des contes et légendes de Bretagne. Avec François-Marie Luzel, il est aujourd’hui considéré comme un des collecteurs majeurs de la littérature orale de la Basse-Bretagne.

 

Notre avis

François Cadic est l’un de ces passionnés qui a récolter la matière légendaire et folklorique de Bretagne et a ainsi contribué à ne pas perdre toute cette culture vivante. Grâce à ces hommes, la Bretagne est toujours aujourd’hui une terre de folklore vivant, emplie de mystères et de korrigans ! Ce premier tome ne s’attarde pas vraiment aux sujets qui nous intéressent ici, mais il vaut la peine d’être signalé car la réédition continue de ces ouvrages aide à ne pas oublier. Un recueil qui intéressera donc davantage les passionnés de saints et de fantômes, car il en faut pour tous les goûts.

Richard Ely

Né en Belgique, j'ai passé toute mon enfance à Ellezelles, village sorcier. J'ai ensuite étudié les fées, elfes et lutins à l'université tout en croisant les chemins de Pierre Dubois, Claude Seignolle, Thomas Owen... En 2007, après avoir parcouru bien des forêts et des légendes, je crée Peuple Féerique. Spécialiste du folklore féerique, auteur d'encyclopédies, de livres, d'albums, je poursuis mon exploration de ce Petit Monde de Merveilles pour le partager avec vous.

Une lutinerie sur “Contes et Légendes de Bretagne – Les puissances inférieures • Les revenants • Les puissances supérieures

  • 17 juin 2017 à 18 h 02 min
    Permalink

    Présenté par un prologue poignant de nostalgie, mais très bien écrit, d’un style riche et fluide.

    « Gens du peuple dénués de culture » nous dit l’éditeur, dans sa présentation.

    Ma doue ! Il y a plus de culture dans la mémoire d’un conteur breton que dans la cervelle rongée aux micro-ondes d’un homo portabilis.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez les fées !

Abonnez-vous pour ne rien manquer...

%d blogueurs aiment cette page :