Planches magiques et bulles de Fantasy

Planches magiques et bulles de Fantasy

Oyé ! Oyé ! Créatures de Fantasy ! Nains, hobbits, farfadets, trolls, gobelins, dryades, elfes, orques, gnomes, géants ou lutins…
Laissez-nous pénétrer vos contrées reculées, laissez-nous explorer ces mondes réenchantés…
Le XXème siècle, croulant sous le règne du progrès scientifique, étouffait… Une soif d’évasion allait s’en emparer… L’exode vers les mondes où renaissent les héros, en quête de mystère et d’aventure, enfin s’entamait…

[/caption]

Nous sommes dans les années 80. Un certain Régis Loisel et un certain Serge Le Tendre commencent à faire parler d’eux en tant que précurseurs d’un nouveau genre fantastique en bande dessinée : la Fantasy.
Avec La Quête de l’Oiseau du Temps aux éditions Dargaud, ils se situent dans le parfait prolongement d’un bouleversement culturel : celui créé par le succès retentissant du Seigneur des Anneaux et du jeu de rôle Donjons & Dragons. Les éditions Delcourt commencent alors à publier des albums très ancrés dans cet imaginaire (ex. Légendes des Contrées Oubliées). Ce sont pourtant les éditions Soleil, créées en 1989 par Mourad Boudjellal qui, dans ce domaine de la Fantasy, vont se distinguer. Leur volonté de s’affirmer dans le genre est déjà portée par leur slogan : « Entrez dans la suprême dimension »… Et la série Lanfeust de Troy parvient véritablement à les propulser en tête du marché. La Fantasy s’imposait dans la bande dessinée.

Des légendes anciennes…

La mythologie des temps anciens est une source constante de la Fantasy. De là renaissent les monstres, ces créatures ni humaines ni naturelles, qui sont les véritables piliers du genre mais aussi les nobles héros d’antan et les preux chevaliers. Le danger est synonyme de défi, les terres grouillent de mystères, l’aventure mène à la quête et l’amour redevient courtois. Ainsi en va-t-il du Médiéval-Fantastique : il s’inspire directement des légendes et des faits historiques mais il n’hésite pas à puiser dans le registre du merveilleux pour faire émerger sorcières, fées ou dragons.

C’est la maison d’édition Delcourt qui enregistre la plus grande production d’albums faisant partie de cette catégorie. Ses collections Terres de Légendes et Conquistador proposent en effet un nombre considérable de séries qui sont animées par une volonté de s’accrocher aux mythologies ou aux faits historiques. Les auteurs se plongent dans les légendes anciennes et les cultures celtiques pour en ressortir des récits tantôt fidèles à leurs sources, tantôt s’en éloignant quelque peu dans une démarche imaginaire propre. Certains iront même jusqu’à entreprendre des recherches faisant preuve d’une véritable approche scientifique. Plusieurs bandes dessinées viennent exemplifier ce courant.

Prenez un héros brave et dévoué munis d’une épée et donnez-lui une quête impossible et vous y êtes : Arthur (éd. Delcourt), Rogon Le Leu (éd. Delcourt), Complainte des Landes Perdues (éd. Dargaud), Merlin (éd. Nucléa), Arthur Pendragon (éd. Nucléa),… Ainsi renaissent les légendes….

… A la conquête de terres nouvelles

Mais la Fantasy, c’est aussi cette création inépuisable de mondes « à part ». D’un coup de baguette magique, elle nous propulse de l’autre côté du miroir, à la découverte de contrées imaginaires (parfois dépeintes par la traditionnelle carte introductrice) peuplées de créatures « fantaisistes ». Ainsi en est-il de La Quête de l’Oiseau du Temps (éd. Dargaud). Loisel et Le Tendre nous ouvrent un territoire sans limite où se côtoient héros en quête d’aventures, peuples humanoïdes et créatures extraordinaires. Dans Les Lumières de L’Amalou (éd. Delcourt), Claire Wendling et Christophe Gibelin construisent un monde de légende où furets et transparents doivent apprendre à cohabiter en paix, pour le salut du grand chêne…. René Hausman et Pierre Dubois aussi créent leur propre univers avec Laïyna (éd. Dupuis). Dans Bilbo le Hobbit (éd. Glénat) ce sont les « Terres du Milieu » de J.R.R. Tolkien qui sont illustrées. Dans De Cape et de Crocs (éd. Delcourt)

La série du Dernier Loup d'Oz qui ne verra peut-être jamais la suite...
La série du Dernier Loup dOz qui ne verra peut-être jamais la suite...

La Quête de l’Oiseau du Temps – La série légendaire de Loisel et Le Tendre

ou Le Dernier Loup d’Oz (éd. Delcourt), la Fantasy donne le premier rôle aux animaux. En plus de ces animaux souvent représentés, le personnage du sage ou du magicien sera récurrent. La magie est en effet un élément inconditionnel de la Fantasy. Elle opposera très souvent les forces du Bien aux forces du Mal qui lutteront pour le pouvoir… Dans un univers sombre (et loufoque) les Chroniques de La Lune Noire (éd. Dargaud) feront de la magie l’élément essentiel du récit.

Une franche rigolade…

La magie peut encore nous jouer des tours : avec Soleil, on joue la carte de l’humour ! Les mondes deviennent débridés et le ton plus léger. Lanfeust de Troy (éd. Soleil) est évidemment la référence de cette Fantasy « burlesque » où Arleston n’hésite pas à bousculer tous les canons du genre. Dans Le Chant d’Excalibur (éd. Soleil) qui met en scène un Merlin au nez rouge, il va même jusqu’à régler leur compte aux légendes celtiques et arthuriennes. Avec les éditions Soleil, la Fantasy devient délirante…

Héroïc-Fantasy et compagnie

Quelques stéréotypes : la quête initiatique, les héros courageux, les combats entre le Bien (la lumière) et le Mal (les ténèbres), les créatures non-humaines (fées, elfes, animaux anthropomorphes, monstres,…), magie, sorcellerie etc. Le héros de l’Héroïc-Fantasy sera généralement un jeune garçon désigné par la prophétie qui, pour réaliser sa mission, devra quitter sa banale existence (souvent à contrecoeur), dépasser les frontières, partir à la découverte de nouveaux continents. Il sera celui par rapport auquel le lecteur pourra s’identifier et surtout sortir grandi. Le héros (rarement parfait, ce sont ses défauts qui en font un personnage crédible) a tout à apprendre pour, au final, affronter le puissant méchant (qui a souvent plus de pouvoirs que tous les dieux réunis) et ramener la lumière sur Terre. Il sera membre d’un groupe, d’une joyeuse équipée : un mentor, toujours sage et expérimenté (Maître Nicolède dans Lanfeust de Troy), la/les charmeuse(s) qui pimente(nt) les relations au sein du groupe (Cixi & Cian), le vengeur masqué qui sème le trouble (Bulrog dans La Quête de L’Oiseau du Temps), le maladroit qui fera rire par ses mésaventures (l’élu dans La Quête de l’Oiseau du Temps ; Hébus dans Lanfeust de Troy ; Pröfy dans Trolls de Troy), etc. Et ce n’est que tous ensemble, avec leur savoir-faire réciproque, leur pouvoir spécifique, leurs connaissances complémentaires qu’ils parviendront au bout de la quête.

En conclusion…

Avec un genre tel que la Fantasy, les auteurs peuvent laisser libre cours à leur imagination pour nous transporter dans un ailleurs chargé de merveilleux et de magie. Les dessinateurs laissent exploser leur talent pour faire du spectaculaire et surprendre le lecteur, au détour d’un chemin rocailleux, d’une forêt enchantée ou d’un château haut perché. Qu’ils déterrent les légendes anciennes pour y retrouver les racines perdues ou qu’ils transcrivent leurs propres visions de mondes fabuleux, qu’ils jouent la carte du sérieux ou que l’humour vienne plutôt dominer la partie, les auteurs de BD n’ont pas fini d’explorer Faerie. La Fantasy alliée à la bande dessinée, un couple qui nous promet encore bien des voyages…

Petit parcours de la Fantasy en BD:

La Quête de l’Oiseau du Temps (Le Tendre, Loisel & Lidwine, éd. Dargaud)
Le Grand Pouvoir du Chninkel (Rosinsky & Van Hamme, éd. Casterman)
Les Chroniques de la Lune Noire (Froideval, Ledroit & Pontet, éd. Dargaud)
De Cape et de Crocs (Ayroles & Masbou, éd. Delcourt)
Les Lumières de l’Amalou (Gibelin & Wendling, éd. Delcourt)
Légendes des Contrées Oubliées (Chevalier & Ségur, éd. Delcourt)
La Geste des Chevaliers-Dragons (Ange & Varanda, éd. Vents d’Ouest)
Lanfeust de Troy (Mourier, Arleston & Tarquin, éd. Soleil)
Trolls de Troy (Arleston & Mourier, éd. Soleil)
Le Chant d’Excalibur (Arleston & Hübsh, éd. Soleil)
Laïyna (Hausman & Dubois, éd. Dupuis)
Korrigans (Mosdi & Civiello, éd. Delcourt)
Thorgal (Rosinski & Van Hamme, éd. Le Lombard)
Complainte des Landes Perdues (Rosinski & Dufaux, éd. Dargaud)
Bilbo le Hobbit (Dixon & Wenzel, éd. Glénat)
L’épée de Cristal (Crisse, éd. Vents d’Ouest)
Atalante (Crisse, éd. Soleil)
Rogon le Leu
(Convard & Chabert, éd. Delcourt)

Enregistrer

Séverine

Séverine est une fée qui a troqué sa baguette contre un appareil-photo afin de capturer ces petits détails qui font la magie. Pour le Peuple féerique, elle passe en revue bandes dessinées, albums illustrés, œuvres jeunesse et autres petites choses croustillantes de féerie.

Une lutinerie sur “Planches magiques et bulles de Fantasy

  • 7 décembre 2008 à 18 h 14 min
    Permalink

    moi ji croi o fon de moi et pui meme commen peut on en douter se son des creature aprer tou les humin existe pour koi pa les fé elle ossi on leur millieu de vi et peuve vivre san ke on les capture !!! et je vou jure ke le jour on jen verrai une je passerai des annonce pour dire kel existe !!!car tou le monde a le droi de vivre et les fé ossi !!!! ji croi comme jai toujour cru o winx en leur magie et a mon petit age de 10 ans je parle comme une grande sur le millieu de vie des etre !!!!!!!!!!!!!!!!!! les winx et les féé existe la voila votre reponce et jen ai la preuve mintenan a vou désséyer davoir une preuve!!!!!!!!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez les fées !

Abonnez-vous pour ne rien manquer...

%d blogueurs aiment cette page :