Les merveilleuses poupées féeriques de Kathleen Engelen

Kathleen Engelen est créatrice de merveilles. De voiles, de fimo et divers accessoires, elle donne naissance à de bien jolies créatures féeriques. Son travail minutieux a fait qu’une de ses fées s’est vu décerner le Doll Ring Award 2008 aux Pays-bas. L’occasion s’est présentée de poser quelques questions à l’artiste belge…

Comment fabriquez-vous vos poupées ? De quoi sont-elles faites ?
Mes fées sont fabriquées en pâte polymère, comme « Living Doll » ou « Prosculpt ». J’utilise une armature solide, l’entoure de ruban et commence à y fixer la pâte. Je commence d’abord par les jambes et le bas. Ensuite je la passe au four une première fois. Puis, je commence à sculpter les pieds, le torse supérieur et les épaules. La partie supérieure de la tenue est sculptée également à ce moment-là la plupart du temps. Je cuis la sculpture une seconde fois. Enfin, je sculpte les bras et la tête.
Une fois que tout est passé au four, la partie la plus plaisante commence : habiller et terminer la poupée. Pour ses habits, j’utilise de la soie et pour les cheveux, de l’angora ou du mohair. Je peins les yeux à la peinture à l’eau.

Vous avez gagné un beau prix en 2008. Parlez-nous un peu de cette création et de ce prix…
Le Doll Ring Award est un prix international très prestigieux pour les artistes créateurs de poupées en Belgique et aux Pays-Bas. Il y a quelques années, je suivais avec beaucoup d’intérêt les lauréats de ce prix. Parfois, j’ai du mal à croire que je l’ai moi-même gagné. C’est peu dire que je suis fière…
Quand j’ai commencé à penser y participer, le concept de fées volantes, avec une petite fée maintenant la robe d’une plus grande, est directement apparu en mon esprit. Comme si les fées elles-mêmes m’avaient envoyé ces images. Je désirais présenter mon monde des fées, comment je l’imagine. Mes fées volent tranquillement la nuit dans une forêt ou au-dessus d’un lac. La lune brille et un léger voile de brume s’étend au-dessus de l’eau… C’était une idée très difficile à transmettre en sculpture car je ne désirais pas peindre une lune par exemple. J’ai fait un arbre en fil de fer blanc avec de petites lumières pour le rendre scintillant et féerique. J’ai obtenu exactement l’atmosphère que je désirais créer.
Lorsqu’on prononça mon nom, je venais d’arriver et c’est un peu sorti de nulle part. Je n’arrivais pas à croire que j’avais gagné, un véritable choc. C’était un superbe moment. Tous les artistes présents se sont mis à me féliciter. C’était un sentiment incroyable de les voir heureux pour moi et de pouvoir partager ce moment avec eux. Un rêve devenu réalité.

Quelle relation avez-vous avec les fées ? Comment êtes-vous tombée dans leur monde ?
Je ne peux me rappeler le premier contact. C’est quelque chose dont on prend de plus en plus conscience au fil du temps. Elles m’entourent mais sans qu’on puisse prouver leur existence. Tout spécialement le soir, quand je me glisse dans mon lit. C’est comme-ci plein de petites fées essayent de s’y glisser, de se faire une petite place pour dormir près de moi. J’adore par ailleurs l’idée qu’une Reine des fées existe et veille sur moi… Au moment même où je m’endors, mes yeux se ferment et s’ouvre un court instant pour voir cet Ailleurs…

Comment choisissez-vous les noms de vos fées ?
C’est elles qui les choisissent ! ça s’impose dans ma tête lorsque je suis occupée à les terminer. Je ne les aime pas toujours et j’essaye alors d’en choisir un autre mais le nom continue à frapper à la porte de mon esprit… Alors je cède et j’assume le nom choisi… (rires)

Quelle sera votre prochaine création ?
Je travaille actuellement sur trois poupées qui sont toutes trois dans une atmosphère blanche et féerique. Il y a une maison féerique, un fauteuil magique et un magnifique petit cocon abritant une fée endormie et de petites lumières. Elles seront exposées le 4 avril prochain au Dabida-day à Essen, un salon de l’art de la poupée.

Propos recueillis par le Peuple féerique en janvier 2009

Retrouvez les fées de Kathleen Engelen sur son site web.

Richard Ely

Né en Belgique, j’ai passé toute mon enfance à Ellezelles, village sorcier. J’ai ensuite étudié les fées, elfes et lutins à l’université tout en croisant les chemins de Pierre Dubois, Claude Seignolle, Thomas Owen…
En 2007, après avoir parcouru bien des forêts et des légendes, je crée Peuple Féerique. Spécialiste du folklore féerique, auteur d’encyclopédies, de livres, d’albums, je poursuis mon exploration de ce Petit Monde de Merveilles pour le partager avec vous.

Une lutinerie sur “Les merveilleuses poupées féeriques de Kathleen Engelen

  • 27 janvier 2009 à 15 h 28 min
    Permalink

    Je découvre avec plaisir cette artiste. Je me retrouve dans la sensation qu’elle éprouve lorsqu’elle se couche et le choix des noms de ses fées.
    Actualité à suivre…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez les fées !

Abonnez-vous pour ne rien manquer...

%d blogueurs aiment cette page :