Interview de Jean-Baptiste Monge, l’illustrateur de Faerie !

Depuis quelques années, les éditions Au Bord des continents se sont démarquées en offrant au Petit Peuple de beaux livres. Elles ont alors dévoilé de superbes talents, de ces hommes qui semblent en contact direct avec l’Autre Côté, tant leurs dessins sont justes et nous parlent. Jean-Baptiste Monge est de ceux-là. Des illustrations splendides, un amour certain pour la Nature et ce petit peuple qui la protège. Rencontre avec un artiste d’exception.

Quand avez-vous ouvert pour la première fois les portes de Faerie ?
« C’était il y a longtemps, bien plus qu’il n’y parait » ou encore sur un délicieux « Once upon a time », voilà, ça a sans doute commencé comme cela, mais pour être honnête et bien il faut dire que je ne m’en souviens pas vraiment. J’ai toujours vécu avec le merveilleux, comme une ritournelle quotidienne qui vous trotte dans un coin de la tête. Et puis un jour, Pops, il a fallut que ça sorte et j’ai commencé, non sans mal, à coucher mes rêves sur le papier.

Quelles sont les trois personnes, toutes professions féeriques confondues, qui vous ont le plus marqué et pourquoi ?
Bien sûr, je dirais Alan Lee et Brian Froud, avec leur merveilleux livre « Les Fées », ils ont été une vraie révélation ; révélation qui s’est vite transformée en lubie du style « il faut un jour que j’arrive à en faire autant » quand j’ai découvert à la même époque le fabuleux « Les Gnomes » de Rien Poorvliet et l’incroyable univers d’Arthur Rackham. Et puis, Je ne peux pas laisser de côté le Monstrueux, l’énorme travail de Norman Rockwell, car même sans « Féerie » ce sont avant tout ses images qui m’ont ouvert la voie.
Pourtant, de toutes ces personnes, comme tant d’autres que je ne peux citer là, faute de place, seuls leurs livres ont joué un rôle important dans ma vie. Je les considérerais donc comme une seule et même personne, ainsi il me reste donc deux noms à citer, n’est-ce pas ?

Et ces deux noms sont plus importants à mes yeux que toute la liste réunie. Bien sûr, il s’agit d’Erlé Ferronnière et de Pascal Moguérou, car c’est ensemble que nous avons évolué et affiné nos styles respectifs et partagé ce que je considère comme une merveilleuse aventure, même si elle n’a pas toujours été rose, une aventure qui n’était encore qu’un rêve il y a 15 ans, devenir Illustrateur. Bah, on s’en est pas trop mal sorti, non ? Et puis, c’est que le début après tout …

Comment vous vient votre inspiration pour la mise en scène de vos personnages féeriques ?
Dur à dire, un mot, une image, un animal, un objet, une simple ambiance ou impression peut déclencher le processus. Je vois alors la scène un peu comme si j’étais au cinéma mais par petits flashs et pas aussi nette que je le voudrais. A ce moment-là, je force mon esprit pour essayer de tourner autour comme si j’avais plusieurs caméras postées à différents endroits tout en fermant les yeux de temps en temps pour essayer de préciser un peu l’image. C’est un peu comme un rêve éveillé que l’on arriverait, dans une certaine mesure, à diriger, mais cela reste malheureusement très aléatoire.
Enfin, je me pose à ma table à dessin et là, je griffonne des petits roughs à la mine de plomb, sans m’attacher aux détails, c’est en général pas terrible, mais ça me donne la direction. Après cela, il ne me reste plus qu’à affiner et c’est souvent une bonne grosse bagarre qui démarre pour obtenir au mieux l’image que j’ai eu un « putain de trop court » instant dans la tête.

Vous pourriez vous contenter de dessiner le Petit Peuple mais on ressent ce besoin de le dire, de l’écrire, de le raconter?
En réalité, je suis un horrible caqueteur. J’ai toujours besoin de jacasser, de chanter des niaiseries sans queue ni tête, surtout quand je suis seul à ma table. Je peux faire la conversation à un crayon, à ma table, au personnage que je suis en train de dessiner. Je me raconte des histoires, je fais des rimes idiotes, ça n’a rien de dramatique faut pas croire, enfin j’espère, c’est juste parfois très ennuyeux pour les autres quand je ne suis pas seul.
Mais si je vous dis tout ça c’est parce que je crois que ça vient vraiment de là ! J’ai simplement toujours voulu raconter des histoires ; pas de celles qui parlent du quotidien, que je trouve d’un ennui mortel, non de celles qui nous font voyager et qui font briller les yeux à la fin.

Vous aimez beaucoup les citations à voir celles qui parsèment vos ouvrages?
Oui, c’est vrai. Il y a beaucoup de belles choses qui ont été écrites sur la Féerie et je trouve plutôt naturel de leur rendre ainsi hommage. Et puis bon nombre de ces citations sont tirées d’ouvrages merveilleux malheureusement trop peu connus du public.

Dans votre bibliothèque féerique, quels titres vous semblent incontournables pour les amis du Petit Peuple ?
Pour ses textes colorés et fleuris et son impressionnant travail de classification, je dirais la série des « Grandes Encyclopédies » de mon ami Pierre Dubois.
Pour les Illustrations mon cœur balance entre « Les Fées » d’Alan Lee et Brian Froud et « Les Gnomes » de Rien Poorvliet. Ces deux ouvrages sont de vraies merveilles.
Pour ceux qui lisent bien l’anglais et qui veulent vraiment approfondir le sujet des « Fairies » je leur conseillerais « An Encyclopedia of Fairies » de Katharine Briggs (il en existe une version illustrée, mais de celle-ci sans en dire du mal, je n’en dirai pas de bien …).
Pour tous ceux qui aiment les petites fées dodues et mignonnes mais un tantinet boudeuses, il leur faut à coup sur « L’Heure des Fées » de Pascal Moguérou. Naturellement, je ne parle pas du grand livre des Korrigans puisque tout le monde devrait en avoir au moins un exemplaire chez lui.
Enfin, pour les voyageurs immobiles et les passeurs de rêves je leur préconiserais de se perdre sur « La piste des Dragons Oubliés », dans l’univers chimérique d’Elian Black’mor et celui merveilleusement farfelu de Carine M.
Quant aux gourmands, que ce soit pour le plaisir des yeux ou de celui du ventre, il leur faut bien sûr le « Petit Précis de Cuisine Elfique » de Yannick et Laurence Germain.
N’allez pas croire pour autant que je fais là du prosélytisme.

Ah oui ! J’allais aussi oublier, ce qui aurait été impardonnable, « Arthur Rackham (l’enchanteur bien aimé) » de James Hamilton. C’est un des trop rares livres traduits en français sur la vie de cet incroyable « Féeriste » qu’était A.Rackham et en plus, il est assez richement illustré. (NDLR : un livre devenu malheureusement plutôt rare aujourd’hui vu la disparition de l’éditeur Corentin…)

Vous dessinez souvent des enfants aux côtés des êtres délicieusement rabougris ou difformes…
Le Monde des Fées est une part indissociable de l’univers de l’enfance, les couleurs y sont plus intenses, les saveurs plus sucrées, plus douces, les manifestations de joie plus exubérantes alors bien sûr les frayeurs, les peurs y sont plus troublantes plus dérangeantes qu’ailleurs. Un Lapin, un clown, un placard, une fleur peut émerveiller ou effrayer un enfant. Pour un Adulte c’est un peu plus dur… Ou alors on fait dans le gore mais il faut encore aimer ça, ou alors on se sert de ce qui a le plus de chance de le toucher et à coup sûr avec… les plus jolis rêves ont fait les meilleurs cauchemars…

Les animaux sont souvent présents eux aussi. Un point commun avec René Hausman qui adore dessiner les animaux ?
Oui, j’adore René et son travail animalier est un des plus beaux et personnels qui soit.
Ses animaux m’ont toujours fait rêver et sa technique et son trait enlevé me font vraiment baver. Et puis simplement, tout comme lui, j’adore les animaux.
Dessinateur Naturaliste voilà un beau métier que j’aurais bien aimé exercer.

Quel souvenir conservez-vous de votre collaboration avec Erlé Ferronnière sur vos trois premiers livres ?
Et bien des bons et des moins bons, bien sûr ! Mais il faut dire que l’on habitait ensemble à l’époque et que vivre et travailler sous le même toit et bien ce n’est pas une mince affaire. Nous n’avions pas le même rythme de travail. J’étais capable de produire beaucoup et de bosser dans l’urgence, alors qu’Erlé avait besoin d’un certain calme. Le boulot ne s’est donc pas bien réparti et cela a fini par créer des tensions entre nous. Cela dit, je ne regrette pas cette période, c’était une belle expérience, riche d’idées et d’échanges, de projets plus ou moins farfelus, de rêvasseries mais aussi de vie à la dure. Enfin, à la dure durant les deux ans passés dans les monts d’Arrée. Nous vivions dans une maison de tisserand où en hiver la température intérieure n’excédait pas les 6 degrés et où pendant l’été les murs dégueulaient d’humidité. Cette bicoque était un véritable nid à courant d’air, mais elle ressemblait tellement à l’Admiral Benbow, dans « l’île au trésor », qu’avec Erlé, on ne se serait pas installés ailleurs.
Franchement, nous n’avons pas été très productifs ces deux années-là, c’est vrai ! On a fait le siège de la maison de Pascal Moguérou qui, très gentiment avec Nathalie sa femme, nous accueillaient au moins deux fois par semaine à leur table le soir. On a refait le monde des milliers de fois, ri aux larmes des dizaines d’autres et puis naturellement devant un maigre feu dans une cheminée bien trop grande, bu pas mal de rhum pour, à défaut de réchauffer l’extérieur, se réchauffer de l’intérieur.

Vous dites que l’écriture de vos propres textes a permis d’affiner vos dessins. Qu’entendiez-vous par là ?
C’est très simple, écrire me permet de mieux visualiser ce que j’ai dans la tête.

Vous avez sorti deux livres de croquis. Un moyen de livrer un peu de votre secret de fabrication, de votre inspiration? Une porte ouverte sur le monde de Jean-Baptiste Monge ?
Un peu tout ça en même temps. La réalisation d’un carnet de croquis est un vrai bonheur, car la mise en œuvre est relativement simple. C’est réellement relaxant pour moi de ne pas avoir à penser en couleur, c’est aussi plus vif et plus instinctif quand je dois faire les raccords entre les thèmes des pages et puis ça me permet d’aborder des sujets que je ne peux pour l’instant pas développer complètement…

On apprend dans le second tome de vos croquis que vous aviez tenté l’aventure du livre jeunesse avec l’histoire de Minus. Le public des enfants est-il un public que vous aimeriez plus toucher qu’aujourd’hui ?
Non, pas plus qu’hier et donc pas plus que ça ! Je ne fais pas la différence entre enfants et grands enfants, ce qui n’est pas viable dans l’édition jeunesse vis-à-vis des éditeurs. Et puis, de toute façon, je trouve que l’édition jeunesse a une légère tendance à bêtifier et quand elle veut faire un succès à se snobinardiser, héhé ! Alors Minus aurait encore fait figure d’ovni, comme « Baltimore et Redingote » à l’époque qui, malgré ses bons chiffres de ventes, est passé plutôt inaperçu…

 

On y découvre aussi votre côté fantasy concrétisé par ailleurs par la participation à L’Univers des Dragons chez Daniel Maghen. Un univers qui vous touche beaucoup ? Vous êtes lecteur de fantasy ?
J’adore la Fantasy et j’en suis un gros consommateur. En livres, en films, en animations, en jeux et heureusement en un sens que mes moyens ne sont pas extensibles et que la maison est petite car ci ça ne tenait qu’à moi il y en aurait partout…

Votre créature préférée ?
Je n’ai pas vraiment de préférence particulière, mais certaines créatures m’inspirent effectivement plus que d’autres. Disons qu’un affreux Troll, qu’un vilain Goblin, ou qu’un monstrueux Dragon sont simplement plus proches de mes aspirations Encore qu’un bon vieux robot façon années 50 n’est pas non plus pour me déplaire…

Vos projets en cours?
Et bien pas mal de choses à vrai dire, mais pour l’instant motus et bouche cousue…

Le Peuple féerique, novembre 2008

Retrouvez tous les livres de Jean-Baptiste Monge et son actualité sur son SITE WEB !

Richard Ely

Né en Belgique, j’ai passé toute mon enfance à Ellezelles, village sorcier. J’ai ensuite étudié les fées, elfes et lutins à l’université tout en croisant les chemins de Pierre Dubois, Claude Seignolle, Thomas Owen…
En 2007, après avoir parcouru bien des forêts et des légendes, je crée Peuple Féerique. Spécialiste du folklore féerique, auteur d’encyclopédies, de livres, d’albums, je poursuis mon exploration de ce Petit Monde de Merveilles pour le partager avec vous.

3 lutineries sur “Interview de Jean-Baptiste Monge, l’illustrateur de Faerie !

  • 24 novembre 2008 à 12 h 54 min
    Permalink

    Merci beaucoup pour cette extraordinaire interview qui nous permet d’en savoir un peu plus sur l’univers de monsieur Monge 🙂

    Répondre
  • 24 novembre 2008 à 14 h 44 min
    Permalink

    Merci beaucoup. On apprend beaucoup de choses sur sa façon de travailler. C’est un homme qui m’a l’air très sympathique.

    Répondre
  • 26 novembre 2008 à 18 h 43 min
    Permalink

    Il l’est ! Très sympa le bougre d’homme !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez les fées !

Abonnez-vous pour ne rien manquer...

%d blogueurs aiment cette page :