Wisher, T4. Chapeau Melon et Canne à Fée, Latour & De Vita, Le Lombard

Wisher
T4. Chapeau Melon et Canne à Fée
Scénario: Sébastien Latour
Dessin: Giulio De Vita
Editions Le Lombard
Prix : 13.50 €

 

Présentation de l’éditeur:

La balle magique qui a fauché Merlin a-t-elle sonné le glas des Féeriques ? Dans ce monde sans magie, mêmes les pouvoirs du Djinn ne sauveront pas le célèbre sorcier. Il ne lui reste qu’une seule chance: le sang de Dragon, seul artefact capable de guérir toutes les blessures. Le seul problème ? La dernière fiole du précieux liquide est conservée au cœur du MI-10, le fief de Bound. Mais, en réveillant le Djinn qui habite Nigel, Merlin a ramené un soldat capable de renverser le cours du conflit d’un seul souhait. Bound lui en laissera-t-il le temps… ?

Notre avis:

Wisher est une série qui trouve une place de choix dans le courant de l’Urban Fantasy, genre où se mélange les ficelles de la fantasy (Magie, créatures fantastiques, lutte du Bien contre le Mal…) dans un contexte urbain et contemporain, voire futuriste quelquefois. Dans ce quatrième tome qui clôture la première aventure de Nigel et de ses amis les féeriques, nous retrouvons notre beau Djinn au sommet de sa force qui, pour sauver Merlin, décide d’aller rendre une petite visite au gang des chapeaux melons afin de leur dérober une fiole de sang de dragon. Tout se précipite donc dans un rythme soutenu qui débouche sur une fin sans véritable surprise mais qui ouvre très largement la série à une suite plus que probable, du moins, c’est ce que nous souhaitons car l’univers développé par Latour et De Vita tient bien la route et offre une belle dose de plaisir aux lecteurs de fantasy à la fois de par le contexte original et contemporain que par l’histoire en soi qui donne à voir pléthore de créatures issues de légendes et mythologies diverses mais qui finalement colle bien à l’hypothèse des « féeriques ». Une utilisation dont les mécanismes sont ceux de nombreux comics mettant en scène des mutants et autres bande de superhéros avec une touche frenchie bien agréable.

Richard Ely

Né en Belgique, j'ai passé toute mon enfance à Ellezelles, village sorcier. J'ai ensuite étudié les fées, elfes et lutins à l'université tout en croisant les chemins de Pierre Dubois, Claude Seignolle, Thomas Owen... En 2007, après avoir parcouru bien des forêts et des légendes, je crée Peuple Féerique. Spécialiste du folklore féerique, auteur d'encyclopédies, de livres, d'albums, je poursuis mon exploration de ce Petit Monde de Merveilles pour le partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez les fées !

Abonnez-vous pour ne rien manquer...

%d blogueurs aiment cette page :