Les Elfes, T2: Etoiles d’Albes – Bernhard HENNEN (Milady)

Les Elfes
T2: Etoiles d’Albes
Auteur: Bernhard HENNEN
Illustrateur: Michael WELPLY
Traduction: Nelly LEMAIRE
Editions Milady
384 pages
Paru le 06/03/2009
Prix: 20€

Présentation éditeur:

La reine des elfes a fermé toutes les Portes qui mènent vers l’Autre Monde pour protéger son royaume. Mandred ne reverra jamais ses semblables et Farodin et Nuramon craignent de ne jamais trouver un chemin vers le Monde Brisé, le lieu d’exil de Noroelle. Pourtant, ils refusent de perdre espoir. Farodin pense qu’enrassemblant les grains du sablier disséminés à tous les vents qui ont servi au sortilège, il pourra sauver sa bien-aimée. Quant à Nuramon, il est persuadé de trouver un chemin grâce aux Étoiles d’Albes : si les Portes entre les mondes sont fermées, il en créera de nouvelles ou retrouvera celles qui furent oubliées. Mandred, qui estime n’avoir plus rien à perdre dans ce monde ou dans l’autre, les accompagne dans leur quête.
Ainsi, les trois amis s’engagent dans un long et périlleux voyage durant lequel leur amitié, leur foi et leur courage seront de nouveau mis à l’épreuve.

Notre avis:

La suite des aventures de nos deux elfes singuliers et de leur ami humain, Mandred… Un second opus marqué par le thème du voyage et de l’exploration de diverses contrées. Un tome moins porté sur l’action même s’il n’en manque pas bien évidemment mais plus orienté vers l’exploration, la découverte du monde des elfes au début pour repartir de plus belle vers celui des hommes. On y croisera d’autres créatures, dont un djinn, puisque nos amis se retrouveront dans le désert avant de s’enfoncer une fois de plus dans la neige… Leur amitié augmentera avant de subir un douloureux passage mais là-dessus, nous n’en dévoilerons pas plus. On devine également d’autres épopées qui feront de très beaux livres ou cycles à venir car les bonds de plusieurs siècles sont d’autant d’ellipses à remplir de combats fabuleux. D’ailleurs, ce second tome souffre un peu de ce système de bonds : à la longue, c’est frustrant de ne pas en savoir plus sur ce qui s’est passé dans tel ou tel monde. Mais le fil narratif est de suivre l’épopée de Mandred, c’est donc en quelque sorte sa vision qu’on épouse et très certainement ses propres frustrations, ce sentiment d’avoir manqué quelque chose d’énorme…

Autre sentiment, celui de se détacher progressivement de l’image idyllique des elfes pour les rendre de plus en plus humain. C’est habilement amené et si ça réduit la part de sublime et de rêve liée aux elfes, ça réhausse notre propre image d’homme. Au fil de l’histoire, c’est de plus en plus le héros humain qui se sublime… Les Elfes, une oeuve humaniste ?

Richard Ely

Né en Belgique, j'ai passé toute mon enfance à Ellezelles, village sorcier. J'ai ensuite étudié les fées, elfes et lutins à l'université tout en croisant les chemins de Pierre Dubois, Claude Seignolle, Thomas Owen... En 2007, après avoir parcouru bien des forêts et des légendes, je crée Peuple Féerique. Spécialiste du folklore féerique, auteur d'encyclopédies, de livres, d'albums, je poursuis mon exploration de ce Petit Monde de Merveilles pour le partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez les fées !

Abonnez-vous pour ne rien manquer...

%d blogueurs aiment cette page :