Interview de Sandrine Gestin pour la sortie du artbook "Le Temps des fées" – Au Bord des Continents

Lorsqu’on plonge dans l’artbook de Sandrine Gestin, joliment intitulé Le Temps des fées, on se rend compte que l’artiste est aussi lumineuse que le sont ses tableaux. Au fil des pages, Sandrine se dévoile, ouvre la porte de son univers devant nos regards qui passe de la beauté d’une peinture à la douceur de ses mots. Un de nos petits lutins s’est glissé auprès d’elle pour lui poser quelques questions…


A la lecture du livre, on a vraiment l’impression de pénétrer votre intimité. Vous y précisez être une grande timide. C’était donc un sacré exercice que d’écrire tout cela, de vous livrer… L’avez-vous ressenti comme une libération ?
Je ne sais pas si c’est une libération, mais en tout cas, c’était un besoin… Besoin d’expliquer que les choses ne se font pas toutes seules, besoin de dire qu’on ne peut pas dissocier son travail de son évolution personnelle, besoin de souligner qu’avec du courage et de la volonté, on peut dépasser beaucoup de choses, notamment la timidité…

J’avais aussi envie de partager quelque chose… D’être plus proche encore des lecteurs.

C’est plutôt rare qu’un artiste de haut niveau ose présenter ses travaux de jeunesse, voire même les dessins réalisés adolescente…
C’est drôle, mais plusieurs personnes m’ont fait la remarque, alors que, personnellement, je trouve cela naturel… Je l’ai fait parce que certaines personnes pensent que j’ai toujours dessiné comme aujourd’hui… C’est bien sûr faux ! Certes, j’ai toujours eu des facilités pour le dessin, mais il y a aussi beaucoup de travail derrière. C’est le travail qui fait la différence !

Ce livre est sous-titré « 15 années de croquis, aquarelles, peintures… ». Il y a 15 ans paraissait en effet votre première publication mais vous dessiniez avant cela, non ?
Oui…Ce sont 15 années en tant que professionnelle.
Je dessine depuis que je suis toute petite, mais c’est devenu sérieux à l’adolescence. Et c’est il y a 20 ans, en entrant dans mon d’école d’Arts Graphiques, que le dessin et la peinture sont devenus mon quotidien…

La première fois que j’ai vu un de vos tableaux, j’ai ressenti quelque chose d’intense. La lumière qui s’en dégageait ressemblait à la musique. Quelque chose touchant aux sentiments sans que la parole soit nécessaire. Quelque chose d’immédiat. En lisant votre artbook, je n’ai pas été étonné une seconde de cet amour qui vous entoure, celui que vous donnez et que vous recevez. C’est très important pour vous, de vivre en aimant, d’aimer et d’être aimé ?
C’est très gentil ce que vous dites… Oui, vivre en aimant, comme vous le dites si bien, est primordial pour moi. Ne pas aimer et ne pas me sentir aimer, me détruirait, tout simplement. Je suis heureuse que vous ayez senti cela dans mon Artbook…

Je ne peux pas dessiner, créer ou écrire si je suis malheureuse. C’est impossible pour moi.
Alors, je m’emploie à m’entourer d’amour. Mon mari, Didier et mes animaux sont ma source de bonheur.

Ce que vous ne dites pas par contre dans l’artbook, enfin, me semble-t-il, est que beaucoup de personnages représentés ont pour modèle votre mari Didier ou vous-même…
Oui, c’est vrai… Je dois avouer que mon mari est vraiment le type d’homme que j’aime, alors, quand je pends un personnage masculin, j’ai envie qu’il ressemble à Didier…

Quant à la ressemblance avec moi, je crois qu’elle est inévitable. Car, lorsqu’on a besoin rapidement d’une position ou d’un modèle, quoi de plus facile que de s’utiliser soi-même.

Depuis 2006, vous publiez énormément. Un grand changement dans votre vie ?
Nous avons quitté Paris ! Et nous nous sommes installés en province, d’abord en Dordogne, puis dans le Lot. Je crois que la vie Parisienne pesait beaucoup sur moi, sans que je m’en rende compte, bien sûr. En vivant à la campagne ou dans un petit village comme actuellement, je crois que j’ai retrouvé mon énergie… Et puis, cela a concordé avec ma rencontre avec Patrick Jézéquel, créateur des éditions Au Bord des Continents. Il m’a fait confiance, et m’a donné la possibilité de m’exprimer totalement, notamment d’écrire…

Aujourd’hui, comment se passe la journée-type de Sandrine Gestin ?
Et bien, je me réveille vers les 8h30/9h du matin. Je commence à travailler vers les 10h en me mettant devant mon ordi. Je réponds à mes mails, et prépare ma journée. À 11h, j’enfile mes bottes et je prends la voiture pour aller voir mes chevaux, à 10 min de chez moi. Je reviens vers les 12h20 /13h. Après le déjeuner, je reprends entre 14h et 14h30, selon la quantité de travail que j’ai. Ensuite, je travaille jusqu’à 19h30/20h. Et quand j’ai vraiment beaucoup de choses à faire, je reprends vers les 21h pour finir entre minuit et 3h, selon…

Dans l’art-book, quelques pages font place aux lutins. Un personnage que vous semblez de plus en plus maîtriser au fil des tableaux. Comptez-vous faire un jour un livre autour de ce thème ?
J’aimerais, c’est vrai, consacrer un livre à ces petits diables de lutins… J’attends d’avoir l’inspiration pour écrire une histoire intéressante… Je ne voudrais pas que ce soit une histoire uniquement destinée aux enfants…

Quelle est votre créature féerique préférée et pourquoi ?
Les Elfes et les Fées partagent mon cœur ! J’aime surtout l’esprit de la beauté, de la légèreté et de l’intelligence. Toute créature répondant à ces critères me plaît !

Propos recueillis par Le Peuple féerique en décembre 2008

Le Temps des fées est paru aux éditions Au Bord des Continents

Petit lien vers le site web de Sandrine Gestin pour prolonger votre voyage…

5 réponses à “Interview de Sandrine Gestin pour la sortie du artbook "Le Temps des fées" – Au Bord des Continents”

  1. Seelie dit :

    Merci, merci, merci pour cet interview, et de nous avoir permit de nous rapprocher durant quelques minutes de cette grande Dame de la Féerie.
    Ce fût…. ‘Féerique’ ^^

  2. Arwen dit :

    Comme Seelie je vous dis merci, merci pour cet interview. Votre lutin a eu tellement de chance de la rencontrer. L’un de mes plus grands rêves serait d’avoir le privilège d’écrire pour elle et d’avoir ce texte illustré par ses magnifiques traits de crayons… 😀

  3. sherilyn dit :

    j’ai hâte de pouvoir feuilleter cet artbook de sandrine gestin…

  4. sherilyn dit :

    Super interview! en tout cas j’ai hâte d’avoir son artbook entre les mains…

  5. Jean-Philippe dit :

    Merci pour cet interview qui reflette bien le caractère de notre chère Sandrine 🙂

    Je vous conseille à tous et toutes d’aller faire un tour à Martel dans le lot ! C’est une région paisible où on y mange très bien, et il y a plein de trucs à visiter. En plus leur boutique est une authentique caverne d’Ali Baba 😀 !

    En parlant de fée et de lutin je possède l’unique exemplaire de Félutin (croisement entre une fée et un lutin) dessiné par Sandrine 😉 Merci Sannndriiineee…

    .JP & Stéphanie.

    PS : Elle n’a pas pu s’empêcher de mettre une photo de son nouveau chien ! hihi il est trop mignon ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *