Interview de Pascal Moguérou pour la sortie de L'univers des dragons II (Daniel Maghen) et du Sketchbook (Au Bord des Continents)

Pascal Moguérou fait partie de cette nouvelle génération d’illustrateurs qui redonne leurs lettres de noblesse aux créatures de Faerie. Premier artiste à hisser haut la bannière des éditions Au Bord des Continents avec ses livres sur les Korrigans, Pascal Moguérou a ensuite fait très fort avec L’heure des fées avant de revenir sur le devant de la scène féerique ce mois-ci avec une double actualité. D’une part sa participation au livre L’Univers des dragons sorti chez Daniel Maghen, d’aure part son Sketchbook sorti aux éditions Au Bord des Continents où l’illustrateur livre croquis et petits secrets…

Vous venez à nouveau de participer à l’Univers des dragons sorti chez Daniel Maghen et vous serez également au sommaire du tome 3. Les dragons, un thème qui vous fascine ?
C’est un beau thème, d’une force inspiratrice sans pareille ! Qui ne serait pas fasciné par cette démesure ? Il est vrai que l’aspect sauvage du bestiau m’interpelle beaucoup plus que sa sagesse que l’on affirme tout aussi incroyable ; mais j’imagine que c’est plus d’un point de vue graphique que je me positionne… C’est sans doute cette omnipotence qui est intéressante à envisager, qu’il vienne fondre sur vous du ciel, ou surgissant des entrailles de la mer ou de la roche la plus dure, il représente à lui seul toute la symbolique des éléments naturels que l’homme ne peut contrôler ; tremblements de terre ou raz de marées, incendies ou ouragans… Comme le Hérault de la terre remettant à leur place les espèces inférieures, enfin quelque chose comme ça !

Quel est votre dragon préféré dans ce deuxième opus ?
Oh, il y en a une tripotée ! Ceux de Ségur ou Rossbach, le superbe quadriptyque de Didier Graffet ou ceux de Dean Yeagle, bien que je leur préfère les courbes avantageuses de Mandy ! Et bien sûr, celui de mon ami Jean Baptiste Monge, mais NOM DE ZEUS qu’allait-il bien faire dans cette pliure !

Vous signez ici les magnifiques lettrines de cet ouvrage. Un exercice qu’on suppose difficile car il a fallu sans cesse se renouveler, non ? On voit souvent revenir les mêmes lettres ce qui complique le travail…
C’est effectivement un travail qui n’est pas forcément compliqué mais assez contraignant. « Se renouveler » ! C’est vraiment le mot ! On se rend très vite compte qu’on ne peut imaginer un abécédaire complet tant certaines lettres sont récurrentes alors que d’autres n’apparaîtront jamais ! Comme j’ai dû coller aux textes des truculents mais ô combien sympathiques Laurent et Olivier Souillé, je me suis adapté de bon cœur … Mais comme les univers qu’ils abordaient étaient riches et différents les uns des autres, j’ai pu contrebalancer la répétition de la lettrine par un habillage graphique en rapport avec telle ou telle partie de leur texte ! Ça fleure bon le dragon, c’est ce qui compte…

La lettrine parfaite selon vous ?
A mon sens, la bonne lettrine a deux fonctions, elle est évidemment l’en-tête du paragraphe et comme telle, on ne doit pas perdre de vue sa lisibilité ! Le problème, c’est que, quand je commence une lettrine, je me laisse souvent déborder par l’envie jubilatoire d’en mettre des tonnes ! Jouer avec les jambages montants ou descendants, laisser aller les volutes et les enluminures, etc. L’intérêt de la lettrine enluminée c’est que c’est vraiment un lien, une passerelle entre le texte et l’illustration et qui confère à l’ensemble, une esthétique vraiment intéressante. L’avantage certain, c’est que l’habillage graphique que je vais lui donner est une illustration à part entière, ce qui m’évite de rajouter un « cul de lampe » pour poser un lieu ou un moment… La bonne lettrine, en somme, se doit d’être un juste équilibre entre le texte et le dessin ! Et éviter surtout que celle-ci n’outrepasse son rôle et devienne plus imposante que l’illustration qui se trouvera en pendant !

Les lettrines se retrouvent dans d’autres de vos ouvrages et notamment le très bel L’heure des fées (Au Bord des continents). Une approche de féerie tout en douceur, en poésie. C’est là votre vision de Féerie ?
C’est une partie de ma vision de Féerie… Sans même parler de nostalgie, mais se rappeler simplement de certains moments de l’enfance : le souvenir d’une bataille homérique de boules de neige, une odeur alléchante de gâteau à peine sorti du four ou allongé, serein, au milieu d’un champ de blé, le nez dans les nuages ; tous ces instants où tout semblait à sa place dans la plus merveilleuse des perfections ! Je peux vous assurer que si, à ces moments-là, vous aviez bien regardé autour de vous, vous auriez pu surprendre de jolies demoiselles ailées s’envoler prestement ! Alors bien sûr, votre raison affirmera que ce n’étaient que libellules au vent, mais quant à moi, je préfère continuer à croire !…

D’où vous vient tout ce savoir sur les fées ?
D’avoir trop traîné dans les bois ou sur les grèves ; d’avoir trop écouter les plaintes du vent sur la lande, qui sait ? Sans peut-être même m’en rendre compte, j’ai sûrement été musarder un peu trop loin en des lieux riches de magie… Hé ! Hé !

Votre autre actualité est la sortie de votre Sketchbook (Au Bord des Continents). Vous y rendez dans le texte une sorte d’hommage à tous ces créateurs d’univers qui vous ont inspiré ou accompagné durant votre parcours. C’était ça, l’une des envies de ce livre ? Pouvoir citer publiquement ceux que vous admirez ?
Tout à fait ! J’aurais pu, comme c’était plus ou moins entendu au début, faire un livre uniquement tourné sur la féerie et ses habitants et j’aurais eu sûrement plaisir à le faire…

… Et puis, c’est un peu comme une pluie d’orage qu’on n’attend pas et qui vous tombe dessus ! L’envie de parler de tous ces dessinateurs avec lesquels j’ai grandi et qui ont éduqué mon œil et façonné mon trait, s’est imposée d’un coup, je dirais presque tout naturellement ! En fait, je pourrais parler des heures avec jubilation de génies comme Jean Cézard ou Franquin, Frazetta ou Buscema ! Alors que parler de soi est un exercice, pour moi en tous les cas, autrement plus difficile !

J’avais tellement de choses à dire sur « mes pères spirituels  » que le livre s’est construit tout seul, ou presque ! Et du coup, faute de place, j’en ai laissé des tonnes ! Mais, pour une fois que je pouvais parler de tous ceux que j’aime sans avoir l’impression de barber tout le monde, ç’aurait été idiot de s’en priver, non ?

On y découvre aussi votre travail sur le Magicien d’Oz. Une œuvre maîtresse pour vous ? Qu’est-ce qui vous a le plus touché dans cet univers ?
J’adore cette histoire ! Elle va bien au-delà de la simple histoire pour enfants ! On peut y lire ce que l’on veut, mais c’est avant tout à mes yeux une belle ode à l’amitié et à la tolérance, une quête à la recherche de soi et peu importe si l’on doit cheminer longtemps sur sa route de briques jaunes… Du moment que la vie apporte de bonnes rencontres et de belles amitiés !

Malheureusement ce projet cher à mon cœur reste un peu au fond de mes cartons. Pour l’instant, on va dire…

Vous semblez également apprécier les nains… Peut-on s’attendre à un travail sur ces personnages ?
Oui da ! Sans nul doute, ça fait un moment que l’idée de travailler sur des thèmes en lien avec l’heroïc fantasy me titille ! J’aimerais que l’histoire, l’univers autour soit vaste, mais les nains, ces fiers guerriers, en seraient le centre ! Alors maintenant les envies peuvent changer, on verra bien…

On comprend, à la lecture de ce Sketchbook, que vous attachez beaucoup d’importance à l’humour dans votre vie…
L’humour et la dérision, voui ! Il me semble que, quand vous arrivez à rire de vous-même et à tourner en dérision vos propres petits travers, vous avez déjà fait un grand pas vers la sagesse (comme aurait dit Gotlib : « ça sent pas un peu le sapin cette formule ? « )

Un peu plus sérieusement, l’humour est un moteur puissant, qui convient bien à la Féerie ! Il y a bien sûr deux facettes à ce monde de même qu’en chacun de ses habitants, et je ne cache pas que l’envie de traiter leur aspect obscur me travaille mais les mises en situation cocasses et rigolotes prennent encore le dessus! En fait, j’ai dû me faire trop d’indigestions de « Mad  » avec toute sa clique de dingues : Wallace Wood, Jack Davis, Don Martin & Cie !

Comme dit l’autre :  » Chassez le naturel… « ! En fait, je crois être un iconoclaste convaincu et j’ai beau faire, l’humour revient toujours au galop !

Depuis vos premières publications qui se baladaient du côté des korrigans, votre style s’est affiné et adouci, il apparaît plus libre, plus envolé. Quel regard portez-vous aujourd’hui sur ces premières œuvres ?
Je dois dire que je suis « tombé » dans l’illustration un peu par hasard, mais à bien y réfléchir, était-ce bien le hasard ? Du coup, il a fallu que je réponde à des contraintes ; délais toujours trop courts, des techniques que je ne maîtrisais pas forcément à l’époque et surtout la terreur de passer du dilettante flemmard au pro qui doit répondre à des attentes autres que les siennes ! C’est facile de faire, défaire, refaire à l’infini et en fait, ne jamais rien aboutir quand votre existence n’est pas en jeu mais quand vous devez croûter, là ça change votre horizon! Une chose est sûre, la maîtrise de n’importe quelle activité vient en la travaillant ! L’effet :  » boule de neige « aidant, il a fallu que je m’adapte très vite à la demande ! Mes débuts sur les chapeaux de roues m’ont fait la main et permis d’évoluer, et de continuer à le faire, dans le bon sens j’espère…

Vous êtes lecteur de fantasy. Si vous deviez emporter trois livres sur une île, lesquels choisiriez-vous ?
Diantre, c’est qu’il y en a du beau linge dans ce genre de littérature ! Bon, alors si je n’ai pas le droit de citer : Moorcock, Leiber, Pratchett, Vance, Anderson, Spinrad, Moore, Howard, Zimmer Bradley, Sturgeon, Chaumette (et j’en passe !). Tiens, j’aurais pu dire aussi si j’avais eu le droit : Herbert, Barjavel, Matheson, K. Dick, Van Vogt, Asimov… Mais là, vous allez me dire que ce sont des auteurs de SF alors…
… Je dirais :  » Faërie, la colline magique  » de Raymond Feist ; « L’épée de Rhiannon « de Leigh Brackett et « Bilbo le Hobbit  » de Tolkien.

Nous avons épinglé un personnage tout à fait génial dans L’Heure des fées. Parlez-nous du travail de Léonard Futunache…
Ah, Léonard Futunache ! Qui n’a pas rêvé d’avoir une compagnie aussi charmante, serviable et besogneuse que la sienne ? Futunache est l’aimé des fées, laissant aller ses humeurs picturales au gré de ses pinceaux, pour le plus grand bonheur des belles demoiselles… Il pare leurs ailes des plus belles couleurs qui soient, s’ingéniant et se surpassant toujours pour faire de ses œuvres, à celui qui aura l’indicible bonheur de les contempler en vol, un instant de pure béatitude !

Franchement, quel illustrateur n’a pas rêvé d’avoir un tel lutin comme ami, surtout quand il est charrette…

Votre créature féerique préférée et pour quelle raison ?
Ah ben vous en avez de ces questions ! Vous savez ce qu’il en coûte de se fâcher avec un korrigan ou une fée ? Parce qu’à bien y réfléchir et en toute conscience de ce qu’il peut m’arriver si je me fâche avec quelqu’un et si d’aventure, il me tombe sur le râble alors que je traîne mes guêtres un soir sur la lande…
… je dirais les Dryades ! Parce que j’aime les arbres, regarder l’herbe pousser et écouter le vent qui joue de la harpe dans les feuilles des « grands verts « ! Et le plaisir de laisser deviner les courbes d’un corps féminin dans la rugosité d’une écorce est un bonheur à nul autre pareil !

Propos recueillis par Le Peuple féerique en décembre 2008

2 réponses à “Interview de Pascal Moguérou pour la sortie de L'univers des dragons II (Daniel Maghen) et du Sketchbook (Au Bord des Continents)”

  1. sherilyn dit :

    j’aime beaucoup ce que fait pascal moguerou, j’ai notemment adoré l’heure des fées qui est un ouvrage sublime…

  2. Coeur de lutin dit :

    MERCI beaucoup pour cette korrigantesque interview qui me permet de lutinement plonger dans des rêves … bien lutinement à vous Peuple Férique,
    Petit Coeur de Lutin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *