Gwendal Lemercier – interview

Gwendal Lemercier
Un dessinateur 100% légendes

Gwendal Lemercier adéjà exercé son art dans les Contes de l’Ankou et les Contes des Hautes Terres. Il débute cette année 2007 de fort belle façon puisqu’il signe les magnifiques dessins de Dragons, un indispensable pour tous ceux qui se passionnent pour ces créatures. Mais la grande actualité de l’auteur est la sortie toute prochaine du premier tome des Arcanes d’Alya. L’occasion pour nous de vous dévoiler ses propos et quelques fragments de son art.

Dragons

Première actualité, ce magnifique livre sur les dragons. Un travail en collaboration avec Thierry Jigourel. Comment avez-vous procédé à sa réalisation?
Le livre Dragons a commencé une fois le texte de Thierry abouti. On a fait un premier découpage texte/image de façon à faire ressortir les images fortes et pour conserver une limpidité au niveau de la narration. Le fait qu’on soit bretons tous les deux nous a permis de nous voir assez souvent; de faire des repérages au besoin. Ça a été le cas à Quimper et à Perros Guirrec. Même si le reste du temps, on collaborait par internet parce que la gestation d’un tel ouvrage se fait sur 8 mois. Il y a donc eu un temps en atelier assez long. Ce qui permettait de mettre au point un style qui nous convenait: un mélange encre/gouache et brou de noix pour vieillir un peu l’aspect de certaines illustrations. On gardait l’idée d’un journal tenu par ce journaliste du début du siècle.

Vous avez également voulu donner à cette œuvre un aspect vieux grimoire…
La maquette est calquée sur le thème du livre… Le côté parcheminé permet de conserver l’atmosphère des illustrations tout en aérant et mettant en valeur le texte. Le style vieux grimoire nous correspondait bien sachant qu’on touche au fantastique tout au long du livre.

Les dragons, un thème qui vous fascine depuis longtemps ?
Personnellement je suis attaché a ce thème. C’est un animal fantastique très intéressant à dessiner et à mettre en situation. Il incarne très bien l’univers fantasy dont je m’inspire en tant qu’illustrateur.

On vous sait breton, le fait d’avoir grandi et de vivre sur une terre de légendes est-il à l’origine de cette passion pour l’Imaginaire ?
Je pense que le fait d’être breton permet d’avoir une prédilection pour l’imaginaire à cause des paysages riches et variés qui racontent toutes sortes d’histoires. C’est vrai que le folklore est lui-même très riche. Le fait d’avoir une attirance pour l’océan y est également pour beaucoup. On voyage toujours en rêve, en contemplations.

Vous avez déjà pu approcher le légendaire via une collaboration sur les Contes des Hautes Terres aux éditions Delcourt et la collection Soleil Celtic…
J’ai connu Guillaume Sorel et Matthieu Gallié pour collaborer sur les Contes des Hautes Terres. Ça touche aussi au légendaire mais davantage dans Algernon Woodcock. De la même façon, j’ai partagé ces thèmes de l’imaginaire breton avec Jean-Luc Istin. On s’est retrouvés sur la série du collectif de l’Ankou chez Soleil Celtic. C’est avant tout grâce à cette passion pour la Bretagne et ses légendes que ces rencontres ont été possibles.

Si Dragons est plus un univers illustré, votre autre actualité est la sortie d’une série BD, les Arcanes d’Alya. Alors première question, parlez-nous de la technique suivie pour le dessin et la colorisation…
Pour servir cette série, on a opté pour un traitement en noir et blanc avec une colorisation à l’ordi. Mais certaines pages sont en couleurs directes : encres et gouaches pour illustrer la légende d’Alya ainsi que ses rêves, ce qui est indépendant de l’aventure de notre héroïne.

AlyaLes Arcanes d’Alya nous conte les aventures d’une jeune femme. Pourquoi une héroïne plutôt qu’un héros ?
Le choix de l’héroïne est venu naturellement quand Jean-Luc (ndlr : Istin) a vu mes dessins. Puis, l’idée de travailler sur des jumelles s’est faite avec François Debois. On a de fait une relation spéciale à explorer entre l’héroïne et sa soeur.

Vous avez opté pour un univers Dark Fantasy et vous nous entraînez au travers de la mort et des enfers. À partir de quoi avez-vous travaillé pour la représentation des enfers ?
C’est vrai qu’on utilise un univers très particulier pour visiter la dark fantasy. Certains endroits neutres sont stylés dans un mélange médiéval/Art Nouveau et j’utilise l’architecture gothique et romane pour traiter différents endroits de nos enfers. Ces styles d’architecture permettent de situer les différentes parties de l’univers qu’on visite. Pour la porte des enfers, par exemple, j’ai travaillé d’après Rodin. Pour le reste, je me nourris beaucoup de photos sur l’architecture gothique et l’Art Nouveau.

On remarque à la fois un travail sur les corps et un somptueux travail sur l’architecture. Est-ce votre côté illustrateur qui vous a poussé à donner autant de détails sur certaines images ?
Oui, je pense que ça fait partie des envies et des plaisirs de l’illustrateur…
Le détail permet de bien visiter l’univers que l’on met en place et pour un premier tome, c’était important pour moi de bien m’inspirer, notamment des décors, pour avancer dans l’histoire.

Avez-vous d’autres projets ?
Essentiellement un travail d’illustration sur l’univers de cette série et bien sûr la suite dans un tome 2 en cours de réalisation.

DRAGONS –Jigourel & Lemercier, Soleil.
Il fut un temps où les dragons n’étaient pas les créatures maléfiques qu’ils sont devenus lorsque le pays tomba sous la coupe des légions de Sauroctones. Il fut un temps où les armées d’Arthur et d’Uther gagnaient des batailles sous leur protection et leur bienveillance. Mais Mélar, jeune journaliste au Quimpérois, le sait-il ? Grâce à l’aide précieuse d’un vieux «draconologue» breton et de l’un de ses amis Irlandais, il parviendra à résoudre l’énigme et à comprendre la présence et le langage de ces êtres immémoriaux.

LES ARCANES D’ALYA
T1: La chasseresse écarlate – Debois & Lemercier, Soleil.
Brynn est une chasseresse pour le compte de Dame Mort. Elle est chargée de trouver les âmes qui peupleront son monde. Mais Brynn va se rebeller contre sa reine pour sauver l’âme de sa soeur jumelle, Aileen, avec qui elle a toujours partagé une relation fusionnelle. Cette révolte la mènera au coeur des enfers et aux tréfonds de ses souvenirs les plus douloureux…

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *