La Banshee – fée ou revenante ?

LA BANSHEE

Fée ou revenante ?

Si vous imaginez les fées uniquement comme de petites demoiselles insouciantes et porteuses de joie, en voici une qui vous contredira sans aucun doute ! La Banshee (ou Bean-Sidhe) est une fée irlandaise dont le chant annonce une mort prochaine. La fatale créature est le plus souvent vêtue d’une robe verte et d’un long manteau. Ses cheveux longs cachent un visage pâle aux yeux rougis d’avoir tant pleuré. Tantôt tristement belle, tantôt vieille et laide, on la voit parfois accompagnée d’un corbeau (si ce n’est pas elle-même, transformée). La légende dit que chaque famille irlandaise en possède une qui lui reste attachée. Mais le territoire des Banshee dépasse la verte Irlande. Elles hantent également les terres écossaises sous le nom de Bean Nighe et, par là, se rattachent aux lavandières, ces esprits de femmes mortes en couches. Les apercevoir, près de quelque torrent, tentant de redonner blancheur aux draps ensanglantés, annonce toujours quelque grand malheur ! De la fée à la revenante, la Banshee s’est vite vue associée à la Dame blanche de nos propres légendes, dont les apparitions les plus contemporaines semblent se faire le long de nos routes. Là aussi, les avis se partagent entre une fée bienveillante, désirant avertir l’automobiliste imprudent, ou le présage funeste d’un accident mortel.

Si Gaston Leroux (Mister Flow, 1927), ou encore Sheridan le Fanu ont tous deux célébré la triste créature, plus récemment c’est Corto Maltèse qui tombe amoureux d’une terroriste irlandaise répondant au nom porte-malheur de Banshee (Hugo Pratt, Les Celtiques, Casterman).

La Banshee est renommée pour son cri. Et l’on prétend que les lamentations funéraires (keen), poussées par les paysans irlandais, découleraient de ce dernier. Du cri au chant, du chant à la musique, il n’y a qu’un pas et on ne s’étonnera donc pas de voir la fée inspirer son nom à de nombreuses compositions ou formations musicales, tels que le groupe français Banshee, proposant un rock celtique festif, ou encore l’incontournable Siouxie and the Banshees. Côté cinéma, si la créature proposée dans Cry of the banshee de Gordon Hessler (1970) nous laisse sur notre faim, nous attendons avec impatience la future production Disney, The Banshee, une histoire de fantômes qui promet des merveilles…

Terminons sur une toute autre image de cette bien intrigante fée que nous devons à Marion Zimmer Bradley dans La Romance de Ténébreuse. On y découvre de terribles oiseaux appelés Banshee, capables de paralyser leurs proies au moyen de cris terrifiants. Un lien évident avec les anciennes légendes irlandaises.

Richard Ely

Né en Belgique, j’ai passé toute mon enfance à Ellezelles, village sorcier. J’ai ensuite étudié les fées, elfes et lutins à l’université tout en croisant les chemins de Pierre Dubois, Claude Seignolle, Thomas Owen…
En 2007, après avoir parcouru bien des forêts et des légendes, je crée Peuple Féerique. Spécialiste du folklore féerique, auteur d’encyclopédies, de livres, d’albums, je poursuis mon exploration de ce Petit Monde de Merveilles pour le partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez les fées !

Abonnez-vous pour ne rien manquer...

%d blogueurs aiment cette page :