Fées et lutins de France – Houpoux

En Bretagne toujours, les Houpoux reprennent le salut des paysans entre eux en lançant des « Hou ! hou ! » au crépuscule, prenant souvent une voix féminine pour mener les hommes vers eux et leur jouer de vilaines farces, allant jusqu’à les tailler en pièces. Certains résident au dolmen de la Ville-Juhel, près de Vieux-Bourg-Quintin.

richardely-bestiairefantastique

Retrouvez toutes les créatures féeriques de cette région et des régions de toute la France dans ce livre paru aux éditions Terre de Brume. Plus de 600 fées, lutins et autres membres du Petit Peuple français vous y attendent ! Richard Ely, Amélie Tsaag Valren, Bestiaire fantastique & créatures féeriques de France, Terre de Brume, 2013

Fées et lutins de France – Carcaris

Petits et bourrus, les Carcaris habitent la montagne, dans les bois. Ils se nourrissent de racines et de fruits sauvages, mais il leur arrive de voler des pommes de terre dans nos champs et jardins. Tout comme pour se vêtir, puisqu’ils ne tissent pas, ils sont contraints de venir « emprunter » des vêtements humains mis à sécher sur les fils. Par contre, ils les chaussures ne les intéressent pas puisqu’on les voit toujours pieds nus. Les bergers ont l’habitude d’atténuer leur soif en buvant dans les assiettes de Carcari, creux qu’on trouve dans les pierres de la région. Des Carcaris demeurent sous les pierres du côté de Comborsière, au Clot de Mouche.

 

richardely-bestiairefantastique

Retrouvez toutes les créatures féeriques de cette région et des régions de toute la France dans ce livre paru aux éditions Terre de Brume. Plus de 600 fées, lutins et autres membres du Petit Peuple français vous y attendent ! Richard Ely, Amélie Tsaag Valren, Bestiaire fantastique & créatures féeriques de France, Terre de Brume, 2013

Sur la trace des Pixies du Dartmoor… Paysages et nuits de légendes

Le Dartmoor, une fois que vous y avez mis les pieds, vous ne pourrez pas l’oublier. Les photos que vous avez pu apercevoir tout au long des différents articles que je lui ai consacré suite à mon voyage dans le Devon anglais ne montrent pas tout. Il y a les parfums, le silence, les moutons, vaches, chevaux, poneys… Les corbeaux planant au-dessus de la lande. Les gens, aussi. Un temps hors temps propice aux fées. Les aubépines sacrées bercées, courbées, balayées par le vent et dans lesquelles se glissent les prières et offrandes des gens du pays, des gens de passage…

dartmoorNB002

Les Tors et leurs cavités remplies de mystère, habitat des Pixies, liens minérals d’avec la Terre…

dartmoorrichardely

Et la lune. L’astre qui règne sur l’ombre, les ombres… Elle aussi offrait à nos regards chaque nuit son lot d’émerveillements et de sentiments. Tantôt elle s’éloignait, se couvrait de nuages dans un ciel d’encre, tantôt, elle s’imposait, dominant la voûte céleste, faisant taire les étoiles, tantôt encore elle se cachait, disparaissait, se faisant aussi noire que le diable pour que ses créatures s’emparent des terres le temps d’une nuit où loups, chiens noirs et autres suppôts feront régner terreur et hantise.

nuitdartmoor

Et ces ombres qui se dessinent, toujours dans un silence invraisemblable faisant oublier le monde.

nuitaudartmoor

Voyez ici comme la lune brille et fait ressortir la noirceur de ce ciel unique. N’est-ce pas là que naissent les fantômes, ne voyez vous pas les braises s’allumer dans les yeux de ce chien gigantesque qui court sur la lande ?

Dartmoorlune

Des murs de pierres jaillissent les lutins, des fées glissent le long des branches de l’aubépine, tout ce petit monde s’en va danser, former leurs rondes autour des cailloux millénaires…

nuitdartmoordevon

Et toujours la lune, pleine, précieuse… enchantée. Dartmoor ! Je ne pourrai t’oublier.

moondartmoor

 

 

 

 

 

Fées noires & Dames sombres – Leannán sí

La leannán sí

leanan

© Pascal Izac

 

Qui rencontre une leannán sí ne peut qu’être séduit par cette ténébreuse beauté. Si elle vous emprisonne le cœur, en retour, elle libère l’esprit. Muse parfaite, sa présence à vos côtés pousse à la créativité. Attirée par le poète naissant, le jeune peintre ou l’artiste en ses débuts, elle offre gloire et inspiration à ceux-ci en échange de leur vie. L’immortalité de l’œuvre n’a de pendant que la brièveté du souffle de son créateur.

 

 

La galerie d’art n’avait jamais connu autant d’affluence. La foule se pressait pour découvrir les œuvres exposées ce jour. Il faut dire que la part de mystère qui les entourait avait fait couler beaucoup d’encre dans la presse. Un homme avait découvert les tableaux dans une vieille maison qu’il venait d’acquérir en vente publique. L’ancien propriétaire n’avait pas d’héritier. C’était un homme solitaire, qui parlait peu et qui avait toujours habité seul, d’après les habitants du village. La découverte des toiles avait été une véritable surprise pour le nouveau propriétaire. Il ne s’y connaissait pas vraiment en peinture, mais ce qu’il avait devant les yeux était si envoûtant qu’il se douta immédiatement de la valeur des tableaux. Il en embarqua un et choisit de le montrer à une galerie d’art de la ville voisine. Le directeur de la galerie n’avait jamais rien vu de tel. Il appela un de ses confrères et une heure plus tard les deux experts parlaient en gesticulant et d’une voix forte de la merveilleuse beauté qui se dégageait d’un tel chef d’œuvre. D’autres experts furent appelés encore et une galerie se porta acquéreuse de l’ensemble des tableaux à un prix qui permettait au propriétaire des lieux de jouir d’une existence tranquille pour le reste de sa vie. La collection fut alors soumise aux plus grandes analyses, on vit passer des reproductions dans les magazines spécialisés d’abord, dans les médias de masse ensuite, tellement l’émerveillement devant ces portraits provoquait de sentiments. Car chaque tableau représentait toujours la même femme, insaisissable, trouble, mais dont les traits dessinés reflétaient l’image de la beauté la plus pure qui soit. On se mit à rechercher l’histoire du peintre. On ne trouva trace de lui que dans sa prime jeunesse. Des études artistiques, son installation dans la campagne irlandaise. Un long voyage en Ecosse, dans les îles anglaises et puis, à vingt ans à peine, une vie de reclus. Mais le point le plus intrigant de son histoire était qu’il n’y avait nulle trace d’un modèle. Qui était la femme représentée dans les portraits ? Etait-elle née de son imagination ? La maîtrise parfaite du modèle ne semblait pas épouser cette piste. Une muse secrète, une femme entraperçue au village ? Les explications les plus farfelues allèrent bon train. C’était le souvenir d’une mère défunte, d’une sœur ? Un fantôme ou une fée qui lui rendait visite ? Jamais on ne put percer le mystère. A voir les visages des visiteurs de l’exposition d’aujourd’hui, une chose semble certaine, la femme des portraits possédait un pouvoir d’attraction sans nul autre pareil.

 

 

Le musée de la sorcellerie à Boscastle, dans les Cornouailles

Cet été, j’ai eu le plaisir de visiter le musée de la sorcellerie à Boscastle, dans les Cornouailles anglaises. Un petit musée qui recèle bien des trésors à l’intérieur de ces murs…

witchcraft-Boscatle011

…comme à l’extérieur d’ailleurs ! On voit le soin apporté à la collection et à la présentation de sa thématique.

witchcraft-Boscatle010

witchcraft-Boscatle01

Une salle est consacrée aux liens entre la sorcellerie et la féerie. On peut y lire des choses très intéressantes et le propos est bien amené. Rites féeriques et sorciers se rejoignent dans les croyances du passé, les habitudes de lier la magie et la terre…

witchcraft-Boscatle02

witchcraft-Boscatle03

witchcraft-Boscatle04

 

Bien sûr les rituels sorciers sont les plus impressionnants. Le musée regorge de poupées de cire, de figurines cloutées de partout, de sorts, de noeuds et de potions.

witchcraft-Boscatle05

witchcraft-Boscatle06

witchcraft-Boscatle07

 

Une collection emmagasinée au fil de dizaines d’années et de voyages à travers le monde fait de ce musée un lieu vraiment exceptionnel et unique. Les mannequins et masques sont entourés de photographies de rituels, processions et coutumes dont beaucoup ont toujours cours actuellement.
witchcraft-Boscatle08

 

L’oeil averti décèlera sans doute dans cette dernière vitrine une spécialité de mon propre village sorcier, Ellezelles, en Belgique. Voir un petit bout de chez soi chez les autres est toujours agréable… Je terminerai sur ce qui m’a le plus impressionné. Le musée est doté d’une tête humaine, une vraie, ayant appartenu à une sorcière brûlée vive sur un bûcher. De quoi vous glacer le sans et les os avec !

witchcraft-Boscatle09
 

Découvrir le musée sur son site internet http://museumofwitchcraftandmagic.co.uk/