Interview Virginie Barsagol et Audrey Cansot pour "Le Guide des fées" paru aux éditions ActuSF

Belle initiative que ce Guide des fées paru aux éditions ActuSF. Après l’avoir parcouru (voir notre chronique), nous nous devions de poser quelques questions aux deux auteures, Virginie Barsagol et Audrey Cansot. Rencontre.

D’où est partie l’idée de cet essai ?
Virginie : On s’est demandée comment on avait pu passer de la fée sulfureuse du Moyen-Âge, type Morgane ou Viviane à une image de la fée beaucoup plus aseptisée comme l’emblématique fée Clochette. A partir de là, on a essayé de débroussailler le terrain, de comprendre cette évolution…
Audrey : Et puis la figure de la fée est plaisante et multiple. C’est un plaisir de l’étudier car elle nous révèle sans cesse des surprises…

Trois noms traversent toutes les époques: Morgane, Mélusine et Lilith. Quel visage de la fée représentent-elles chacune ? Et pourquoi avoir inclu Lilith qui n’est pas, a contrario des deux autres, une fée ?

Virginie : Morgane, c’est l’incarnation de la fée fatale, la dangerosité de la féminité. Elle est la fée ravisseuse d’hommes qui met en danger l’équilibre de la société féodale. A contrario, Mélusine représente un versant beaucoup plus rassurant de la fée, elle est celle qui construit une lignée familiale, des châteaux. A chaque fois qu’elle a une enfant, elle construit un château et incarne le potentiel fécond de la fée. Si Morgane dérobe les chevaliers du monde des humains, Mélusine s’empare du territoire mortel et en développe les potentialités…
La légende dit qu’elle a bâti les châteaux de Tiffauges, la Rochelle et bien d’autres…
Audrey : Concernant Lilith, nous ne l’évoquons pas comme étant une fée, mais comme l’une des « ancêtres » importantes des fées, au même titre que les moires…sa dimension vampirique et ravisseuse se retrouvera chez les fées fatales qui naîtront par la suite, de même que sa manière d’habiter et de maîtriser la nature. Et puis Lilith est une figure nihiliste, qui a dit non à Dieu, et non à son mari. (Elle s’est envolée du Paradis car Adam voulait la dominer pendant l’amour) Son libre arbitre et sa force de contestation préside à toute une lignée de fées révolutionnaires et contestataires. Elle incarne les peurs et la fascination incarnées par le féminin, ce qui est une problématique essentielle aux personnages de fée… Elle est aussi considérée comme une ancêtre de Mélusine…on la représente souvent avec l’image du serpent ou de la queue de poisson, qui symbolise l’animalité de la fée, et par extension sa sexualité…. elles quittent toutes deux définitivement leurs partenaires en s’envolant… (Raymondin pour la première et Adam pour la seconde.)

On passe de l’Antiquité au Moyen-Âge en un bond de plus de 10 siècles, quittant Circé pour nous plonger dans les lais. Il n’y a donc rien eu entre les deux ? Comment expliquer dès lors le passage des déesses antiques aux fées moyenâgeuses? Que s’est-il passé ?
Virginie : Nous avons fait le choix de focaliser notre attention sur les fées inscrites dans le patrimoine littéraire… Il fallait faire un choix dans les sources, au regard de l’énormité du champ. Évidemment, il n’y a pas eu un blanc de dix siècles ! Le personnage de la fée a grandi à l’oral dans des récits qui se sont transmis et construits au fil du temps. Avant de faire leur grande entrée en littérature, les fées faisaient partie d’un véritable patrimoine légendaire et elles étaient d’ailleurs parfois même regardées comme des divinités.

Les fées ont tantôt servi de modèles tantôt d’échappatoire au pouvoir en place. Ce sont des figures intimement liées à l’idée de pouvoir ?
Audrey : Oui, c’est certain. Ses ancêtres, déjà, étaient placées sous le signe de la puissance. Le destin que filaient les Moires pour les humains étaient inaliénables, elles étaient donc l’égale des dieux…quand à Lilith, elle pouvait provoquer des calamités… à partir du 16ème, elles tendent à quitter leurs îles et leur monde parallèle pour entrer dans la « civilisation » et se rapprocher du pouvoir, pour parfois même se confondre avec, comme la Reine des fées d’ Edmund Spenser, où la fée est en fait un hommage à la reine Elisabeth 1ère. Et puis au 17ème et au 18ème, la fée est d’une manière générale la conseillère des puissants, et prend en charge l’éducation des enfants des rois. On a même des exemples de fées révolutionnaires ou à la tête des services secrets… Cependant dans la seconde moitié du 18ème, la fée commence à être discréditée, parodiée… les auteurs l’éloignent des palais et des grands centres de décision. Elle retourne dans son monde parallèle…
Virginie : J’ajouterais dans cette perspective que Mélusine inaugure le flirt de la fée avec le pouvoir, car elle donne toute son ampleur à la lignée de Lusignan. Elle est l’agent de leur conquête du territoire et de leur puissance !

A partir du XVIIIe, on se rapproche de plus en plus de l’image des fées connues aujourd’hui mais bizarrement plus dans des pays comme l’Allemagne ou l’Angleterre que la France. Cela se renforce encore au XIXe et votre livre emprunte d’ailleurs à ce moment-là les sentiers étrangers pour parler de l’image des fées alors que vous étiez restées auparavant presque toujours dans une certaine « tradition française » de la fée. Que se passe-t-il ailleurs qui ne s’est pas passé en France ou que s’est-il passé en France et non ailleurs ?

Audrey : Il est certain que le format du livre et l’immensité du champ à traiter nous a amené à faire des choix. Nous avons évoqué ce qui nous paraissait le plus intéressant et le plus méconnu… on parle davantage des fées françaises jusqu’au 18ème car elles présentent justement des aspects singuliers, comme les fées révolutionnaires ou libertines qui sont en effet « l’exception culturelle » française… cela est lié tout simplement à la singularité de notre histoire. De même qu’au 19ème, la Mélusine aryaniste de Goethe est une spécificité allemande… nous avons voulu parler avant tout des figures fortes et en lien profond avec la culture du pays.
Virginie : Concernant le 19ème, si nous abordons effectivement les fées étrangères, nous nous intéressons aussi largement au visage français de la fée, avec notamment Victor Hugo, et puis plus tard les décadents et en particulier Jean Lorrain dont l’œuvre relativement méconnue donne un visage original de fée, typique des personnages féminins fin de siècle.

Aujourd’hui, on assiste à un mélange des sources, des représentations mais on ressent malgré tout que la féerie germanique et celte est prédominante. Peut-on lier ça à une domination culturelle anglophone, on pense au cinéma américain, à la littérature de fantasy ou aux gros développeurs de jeux vidéos par exemple ?
Audrey : Oui, c’est une hypothèse très juste. Les grands studios américains ne s’intéressent guère à la fée Mélusine et autres précieuses de Versailles…
Virginie : De toute façon, nous manquons de recul…

Une des dernières fiches s’arrête sur le rapport de la fée et de la femme au cinéma. On a l’impression d’être passé de « la fée est une femme » à « la femme est une fée »…
Audrey : C’est tout à fait ça. Les fées des débuts, les créatures surnaturelles du Moyen-Âge sont charnelles, ambivalentes et fragiles comme de vraies femmes, et puis à partir du 17ème les auteurs se servent de la féerie pour donner une magie à la femme contemporaine, dont la progression sociale, la libération et la prise du pouvoir se rapprochent de la puissance de la fée. C’est l’amphibologie féerique ! Nourrir la figure de la femme de qualités féeriques…
Virginie : Tout à fait d’accord ! Pour ce qui est de « la fée est une femme » : tout notre parcours a été animé par cette idée, d’où notre volonté de sous-titrer notre travail « Regards sur la femme ». On a toujours tendance à oublier que les créatures merveilleuses parlent du réel, et les représentations de la fée se font l’écho des regards portés sur la féminité selon les époques. Et, comme on peut le voir dans le guide, ces regards sont loin d’être toujours bienveillants, même s’ils sont nourris par une évidente fascination.

Pensez-vous qu’il y a un engouement actuel pour les fées ? Le résultat d’un cheminement amorcé au 19e siècle ou un mouvement typiquement fin XXe, début XIXe ?
Virginie : Il y a un engouement pour la matière merveilleuse, elfes etc., mais ce n’est pas particulier à la fée.
Audrey : C’est une question difficile, encore une fois, nous manquons de distance… mais a vu de nez, je ne pense pas qu’il y ait un grand attrait pour la fée aujourd’hui… Au cinéma par exemple, mise à part dans les adaptations, elle est absente…

Quelle est votre créature féerique préférée et pourquoi ?
Audrey : La fée du midi. C’est la seule fée que j’ai rencontrée et qui à la base était une femme… une princesse. Devant sa bonté et son intelligence, elle fut donc « canonisée » fée. Elle s’est formée en regardant les astres depuis le pic du Midi dans les Pyrénées, puis est ensuite devenue une référence internationale pour le royaume. Une instance de sagesse, qui vient en aide à tous, et les ambassades du monde entier viennent la consulter dans sa grotte…C’est à Jean de Préchac qu’on doit ce personnage dans La Reine des fées.
Virginie : Je choisirais Viviane. C’est un personnage passionnant qui incarne parfaitement l’ambiguïté du personnage de la fée : dans les grandes lignes, sa genèse la présente tout d’abord comme la bonne Dame du Lac, qui a élevé Lancelot, c’est le pôle de la fée marraine, puis comme l’enchanteresse assoiffée de pouvoir qui va dérober son enseignement à Merlin pour ensuite le retourner contre lui dans une pulsion de possession absolue. Après lui avoir volé ses formules magiques, elle lui vole sa vie pour le garder à elle à jamais ! Viviane est un personnage extrême, entre fée maternelle et fée fatale. Jean Lorrain, à la fin du 19ème siècle, a parfaitement saisi et représenté sa folie et sa complexité.

Avez-vous d’autres projets féeriques en cours ou à venir ?
Virginie : L’exploration de la fée se poursuit déjà sur la toile : nous avons mis en ligne un blog qui a pour vocation de compléter le guide en proposant d’y retrouver des œuvres artistiques, des nouveaux textes… (Voir le blog des fées).
Pour le reste, il y aura sûrement d’autres écritures à quatre mains, mais nous ne nous focaliserons pas seulement sur le monde des fées ! A suivre…
Audrey : Et puis peut-être une série de dessin animé sur une petite fille qui veut exaucer ses désirs et demande aux fées de la « former »… C’est juste un projet pour le moment…

Propos recueillis par le Peuple féerique en mai 2009.

3 réponses à “Interview Virginie Barsagol et Audrey Cansot pour "Le Guide des fées" paru aux éditions ActuSF”

  1. Arwen dit :

    J’ai récupéré ma commande aujoud’hui donc je vais rapidement m’y mettre.

  2. Le Blog des fées » Une interview de nous ! dit :

    […] Toute l’interview est ici […]

  3. Le Passais : le pays de Lancelot Du Lac » Ecritures féeriques à quatre mains dit :

    […] »  … Je choisirais Viviane. C’est un personnage passionnant qui incarne parfaitement l’ambiguïté du personnage de la fée : dans les grandes lignes, sa genèse la présente tout d’abord comme la bonne Dame du Lac, qui a élevé Lancelot, c’est le pôle de la fée marraine, puis comme l’enchanteresse assoiffée de pouvoir qui va dérober son enseignement à Merlin pour ensuite le retourner contre lui dans une pulsion de possession absolue… »  Entretien intégral […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *