L’hôpital des fées – Interview de Picksel

Le 8 octobre prochain sort aux éditions Spootnik, dans la collection féerique Estragon, un livre qui s’adresse aux jeunes enfants pour leur expliquer le monde de l’hôpital. L ‘Hôpital des fées prend le parti de plonger les petits lecteurs dans un monde magique pour diminuer leurs peurs devant cet endroit impressionnant qu’est l’hôpital. Un livre illustré par le talentueux Picksel qui se livre ici au jeu des questions-réponses et offre aux lecteurs du Peuple féerique une petite dédicace !

Comment en es-tu arrivé à concevoir les personnages et les décors de ce livre ?

Le but pour moi était que le lecteur puisse sentir la nature en permanence, à travers les décors, bien entendu mais aussi les objets, que tout soit fabriqué naturellement, qu’on sente que ça été fabriqué à la main et non pas par des machines même si le peuple des fées s’éclaire grâce à l’énergie des lucioles. Il fallait aussi que la majeure partie du décor soit en courbes pour que cela soit harmonieux.

Quelle était la chose la plus facile et la plus difficile à dessiner ?

Les décors et les personnages car l’interprétation était libre, il n‘y avait pas de contrainte. Mais le plus difficile a été de ne pas se répéter vu qu’une grande partie de l’histoire se passe au même endroit. Les éléments de l’hôpital n’ont pas été faciles, non plus. Ils devaient être reconnaissable au premier coup d’œil, c’était une indication très importante des scénaristes. En même temps, je voulais qu’il reste dans l’idée générale, des éléments faits à partir de végétaux. Une fois le concept établi, les éléments se sont mis en place tout seul.

Peux-tu nous expliquer l’étape de colorisation ?

D’abord, je mets en place par quelques traits les éléments de la scène. Suivant où se déroule la séquence, comme le début, situé en pleine nature, je privilégie des tons de vert. Pour l’hôpital, comme on est à l’intérieur d’un tronc, des tons de beige brun.
Je commence par des tons foncés, puis par petit coup successifs, j’éclaircis pour donner forme aux éléments. L’avantage de travailler avec le numérique c’est qu’on peut changer de couleur un élément qui ne nous plait pas sans abîmer la compo.

Question d’ordre général, de toutes les créatures du Petit Peuple, laquelle à ta préférence ?

Je n’ai pas vraiment de préférence. Il y a toujours quelque chose à découvrir parmi ce merveilleux peuple tant du côté des créatures bienfaisantes ou malfaisantes. Du moment pour moi que toutes ces créatures soient géniales à dessiner.

Quels sont tes projets en cours ?

J’ai deux livres pour enfants en cours. Le premier explique de façon imagée comment le corps se défend quand on est malade, le monde médical semble ne pas me quitter. Le second, c’est du pur fantastique qui se passe dans un château « hanté » où un petit garçon va découvrir que ses habitants ne sont pas si méchants que ça.
J’ai aussi plusieurs projets BD. Une parodie sur Arthur et ses chevaliers de la table ronde. Les mésaventures d’un jeune couple très moderne, découpage façon magazine féminin ou pour jeunes ados.
Dans ces projets, j’essaye de varier mon style tout en gardant le côté cartoon, pour coller le plus possible au sujet.

As-tu un blog, un site où nos lecteurs peuvent suivre tes travaux ?

Oui, ils peuvent me suivre sur http://picksel-porfolio.blogspot.com

 

Enregistrer

Richard Ely

Né en Belgique, j’ai passé toute mon enfance à Ellezelles, village sorcier. J’ai ensuite étudié les fées, elfes et lutins à l’université tout en croisant les chemins de Pierre Dubois, Claude Seignolle, Thomas Owen…
En 2007, après avoir parcouru bien des forêts et des légendes, je crée Peuple Féerique. Spécialiste du folklore féerique, auteur d’encyclopédies, de livres, d’albums, je poursuis mon exploration de ce Petit Monde de Merveilles pour le partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez les fées !

Abonnez-vous pour ne rien manquer...

%d blogueurs aiment cette page :