Fées et lutins de France – Cula

Le Cula des Vosges se plait dans les zones marécageuses, les feignes. Il n’est pas rare d’y croiser ce lutin qui prend un grand nombre de formes, comme celle d’une chandelle, d’un cierge, d’une lanterne ou encore d’une boule de feu. On le connaît encore sous celle d’un bouc aux yeux enflammés. Il possède la capacité de donner à la surface des eaux l’aspect d’une terre ferme, et donc de tromper le promeneur qui se voit soudain pris dans les marécages. Pour se débarrasser de cette créature, il faut jurer. Le Cula déteste les blasphèmes et plonge dans la profondeur de son domaine aquatique au moindre juron. Seules preuves de sa disparition, des flammèches bleues et rouges persistant un temps au-dessus des eaux.

 

richardely-bestiairefantastique

Retrouvez toutes les créatures féeriques de cette région et des régions de toute la France dans ce livre paru aux éditions Terre de Brume. Plus de 600 fées, lutins et autres membres du Petit Peuple français vous y attendent ! Richard Ely, Amélie Tsaag Valren, Bestiaire fantastique & créatures féeriques de France, Terre de Brume, 2013

Enregistrer

Concours printanier avec Fragments d’étoile !

Nouveau concours du Peuple Féerique avec son partenaire FRAGMENTS D’ETOILE !

 

En jeu, cette magnifique parure elfique qui vous donnera un charme fou, à vous faire poursuivre par toute une ribambelle de lutins… Le collier et les boucles « Ailes de Fée » sont finement travaillées sous la forme de délicates volutes argentées. Seront-elles bientôt vôtres ? Pour le savoir, répondez avant le 21 mars 2017 minuit aux 4 questions ci-dessous dans un commentaire sous cet article :

  • Quelle rubrique comporte le plus d’articles sur le site Fragments d’étoile ?
  • En octobre, le Peuple féerique fêtera un important anniversaire, lequel ?
  • Citez-nous tous les livres écrits par Richard Ely ?
  • Question subsidiaire : votre être féerique préféré et pourquoi ?

Comme d’habitude, nos fées trancheront non vos têtes, mais décideront du résultat final suivant le contenu de vos réponses. Bonne chance à toutes et tous !

Ce concours sera le dernier sous cette forme, les prochains seront exclusivement proposés dans La Lettre du Peuple Féerique, n’hésitez donc pas à vous y inscrire, c’est gratuit et ce sera magique ! Cette Lettre commencera en mai 2017 et sera mensuelle. Sur la page, il s’agit de la seconde souscription, la première vous permet de recevoir tous les nouveaux articles du blog à parution.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Fées et lutins de France – Crosier-farfadet

Voici un être très particulier. Muni d’ailes de chauve-souris, le Crosier volette dans les galeries minières et commet toutes sortes de farces, des plus bénignes aux plus dévastatrices, comme lorsqu’il déclanche les coups de grisou. Même si cela lui coûte une paire d’ailes brûlées, il recommence sitôt remis sur pieds. Les mineurs avaient l’habitude de s’en préserver, du moins de le détourner de ses sales coups, on déposant à l’entrée de la mine un panier de friandises. Ce stratagème gourmand semble plutôt bien fonctionner.

 

richardely-bestiairefantastique

Retrouvez toutes les créatures féeriques de cette région et des régions de toute la France dans ce livre paru aux éditions Terre de Brume. Plus de 600 fées, lutins et autres membres du Petit Peuple français vous y attendent ! Richard Ely, Amélie Tsaag Valren, Bestiaire fantastique & créatures féeriques de France, Terre de Brume, 2013

Enregistrer

Coup de Soleil sur les Fées de Cottingley !

Les Fées de Cottingley

Texte : Sébastien Perez
Illustrations : Sophie de la Villefromoit
Collection Métamorphose
Éditions Soleil

Les éditions Soleil nous ont offert fin 2016 ce très bel ouvrage qui revient sur l’affaire des Fées de Cottingley. En 1917, deux jeunes filles du Yorkshire prenaient en photo des fées dansant autour d’elles. Une affaire qui allait conduire l’auteur des aventures de Sherlock Holmes, Arthur Conan Doyle, par ailleurs un grand passionné d’occulte, à mener sa propre enquête et sortir en 1921 un livre « The coming of the Fairies » qui allait encore donner une toute autre dimension à ces photographies féeriques. Cette histoire traînera jusque dans les années 1980 où, peu avant leur disparition, les filles avoueront la supercherie : de simples fées découpées dans du papier. Toutes les photographies étaient donc fausses. Toutes ? Peut-être pas… Pour la dernière d’entre elles, les jeunes filles devenues de respectueuses dames déclarèrent qu’elle était vraie.

C’est de cette fabuleuse histoire que Sébastien Perez et Sophie de la Villefromoit ont tiré leur propre version. Car il ne s’agit pas ici de relater simplement les faits, mais bien de broder une merveilleuse histoire autour de cette réalité.

Premières impressions…

En recevant l’ouvrage, mes yeux pétillèrent. La couverture est parfaite. L’illustration intrigante, la dorure alléchante, le jeu entre le dessin et cette dorure excellent. L’intérieur me laisse plus perplexe. Écriture petite, dessins évoquant l’univers jeunesse… Serait-ce un conte pour enfants ? Puis, je commence à y entrer par l’image… Douceur, enluminures magnifiques et certaines illustrations à l’aspect plus sombre m’interrogent…

Et commença la lecture…

Mes yeux accrochés par les premiers mots, je me plonge dans le récit. L’histoire commence au Cap. Premier sursaut d’étonnement pour celui qui situe Cottingley au nord de Londres… Je replonge et là, de suite accroché par cette jeune Francès à l’esprit complexe et à la sensibilité étonnante, je ne lâcherai plus le livre.

Notre avis

Faire revivre l’affaire qui mit tant en lumière les fées au début du XXe siècle était déjà une excellente idée. Coïncidence, un livre sur la République invisible du Révérend Kirk, autre grand moment féerique, est également sorti récemment. De là à y voir le signe du grand retour des fées en ce début de XXI siècle, on ne peut que l’espérer car déjà un tel engouement serait une bénédiction pour tous les passionnés de féerie que nous sommes et ensuite, cela devrait donner de grands et beaux livres sur le sujet, de quoi réellement nous enchanter car depuis les années 90 et leur déferlante féerique, force est d’avouer qu’il n’y a pas eu grand-chose à se mettre sous les mirettes.

Bref, en voici un qui ne vous échappera pas, j’en suis certain.

Si l’idée du sujet est intéressante, elle n’en demeurait pas moins risquée. Une simple redite aurait été bien dommage et Sébastien Perez évite avec brio l’écueil. Excellent scénariste, il a ajouté à l’histoire d’origine un élément majeur qui la transforme complétement. Bref, une belle réussite de ce côté également. Reste les visuels de Sophie  de la Villefromoit. De prime abord, ils nous emmènent du côté des albums jeunesse. Le style, renforcé par l’âge des héroïnes, nous prend vraiment par la main dans ce sens. Et puis, ça bascule… L’histoire est définitivement conçue pour un public ado-adultes, ce que la collection Métamorphose sous-entendait bien sûr. En refermant le livre, je me suis posé la question de quel autre style de dessins aurait pu bénéficier le livre et ce que cela aurait changé. C’est à ce moment-là que j’ai été pleinement convaincu du choix de ce duo. Un dessin fait pour le texte, un texte fait pour le dessin. Certes, il demeure quelques brisures ci et là, tout n’est pas entièrement fluide, mais c’est bel et bien un ensemble gracieux. Une histoire dont les auteurs ont su conserver toute la magie en y apportant même quelques gouttes de mystère en plus.

En résumé, un très beau livre à ranger dans sa bibliothèque féerique et une belle occasion de replonger dans l’affaire Cottingley !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer