Fées

Les Fées

Par Richard Ely

Fées, Demoiselles, Belles Dames, Damettes, Fayes, Fadettes, Fadas… Des milliers de petits noms pour désigner ces grande Dames des bois, des sources, des airs et des montagnes… Aux origines des fées, les Parques, Nymphes ou encore les Sirènes…  Toutes les grandes et petites divinités ancestrales se mélangent et compliquent la définition de la Fée. Étrangement, les fées sont de toutes les créatures de l’Autre Côté, à la fois les plus évoquées tout en étant les moins saisissables… Tantôt minuscules aux ailes de papillon, tantôt belles dames aux atours médiévaux. Figure aux milles images, toujours en mouvement, en transparence.

Les fées se revêtiront d’ailes au fil des siècles comme celles représentées ici par Helen Jacobs.

Néanmoins, parmi toutes les sources, identifions-en quatre principales qui nous permettront de mieux saisir l’image de la fée, en expliquer bien des traits :

La première relie la fée à la notion de destin, de destinée. Le mot fata signifie le destin. Parques, Moires, Nornes se retrouvent chez les fées qui ont bien souvent une attention particulière sur les naissances, les manipulatrices de fils, fileuses et tisseuses… On notera au passage que ces divinités allaient souvent par trois, tout comme le seront les fées dans les contes… Ce lien avec les divinités antiques est encore renforcé lorsqu’on s’arrête sur l’idée de fée marraine. Les Carmentes Anteverta et Postverta, divinités romaines de la connaissance du passé et du futur, étaient liées à la naissance des enfants qui se présentaient par la tête ou par les pieds. Au fil des siècles, la tradition voudra que les fées, comme les anciennes divinités, se penchent sur le berceau de nos enfants, leur procurant protection et bienveillance. Ce sont ces Bonnes Marraines, ces Fées de l’Abondance, celles qui veillent sur les hommes et leur destin

Deuxième origine certaine, le premier élément qui donne la vie : l’eau. Dames des fontaines et nymphes des sources, le moindre ruisseau cache une fée ! 

Troisième piste menant aux fées, le Royaume des morts. Les fées nous rendent visite au jour des morts, elles se font semblable aux Dames blanches, aux fantômes qui errent sur les chemins les nuits interdites…

Quatrième et non le moindre de leurs origines, la nature. Maîtresse des éléments, gardiennes du sauvage, les fées furent au nombre des amies d’Artémis, de Diane, cousines des dryades attachées aux arbres, aux forêts. C’est ainsi que la fée du Moyen Âge incarne encore ce sauvage tentant le chevalier. Ce lien à la nature, nous le faisons encore aujourd’hui puisqu’il n’est pas rare de voir ci et là une petite figurine de fée orner un coin de jardin, petite divinité protectrice de cet endroit chéri…

Belles Dames, gardiennes ou comme ici Marraines (Warwick Goble), les Fées nous hypnotisent de leur étrange beauté…

Destin, eau source de vie, mort et nature, quatre traits essentiels de la fée, chacun étant plus ou moins accentué suivant la région hantée de certaines de ces belles dames de Féerie.

N’hésitez pas à parcourir les nombreux articles du Peuple Féerique pour en découvrir davantage sur les fées !