Tir Nan Og – Féerie urbaine et neuvième art

Tir Nan Og
Féerie urbaine et neuvième art

Comment s’est faite la rencontre avec Elvire de Cock ?
La rencontre a été « arrangée » par l’éditeur. J’avais envoyé des synopsis sans dessins, et Elvire cherchait manifestement un scénariste. Nous avons été mis en contact, et le courant est très vite passé. Elvire adore l’architecture et les fées : j’ai jeté les bases de Tir Nan Og en prenant en compte ses goûts et ses aspirations.

Comment procédez-vous pour la BD ? Vous fournissez un scénario définitif d’un seul coup ou bien travaillez-vous page après page ?
Je travaille sur un plan général, que je soumets à Elvire ; nous décidons alors d’un découpage global : combien de pages pour telle scène ? Après quoi, oui, nous travaillons planche par planche.

Vous venez du roman. Quelles différences majeures voyez-vous entre le procédé créatif d’un roman et celui d’une bande dessinée ? N’est-ce pas étrange de voir ses mots traduits par les images de quelqu’un d’autre ?
Ce n’est pas étrange ; c’est magique. Par ailleurs, la différence entre les deux média est énorme : l’écriture du roman est beaucoup moins elliptique que celle de la BD. Il faut tout dire et tout montrer par l’écriture, les descriptions sont un passage obligé. Point intéressant : on peut distinguer subjectivité et objectivité sans recourir à une voix off, et les moyens de brouiller les pistes sont considérables. Mais c’est aussi parce que le roman est un art vieux de plusieurs siècles alors que la BD n’en est sans doute qu’à sa préhistoire. Je suis persuadé que tout reste à expérimenter dans ce domaine. Mais bien sûr, ce n’est pas du tout ce que nous essayons de faire avec Tir Nan Og…

Côté romans, Or not to be et le cycle Arcadia appartiennent à ce courant de fantasy urbaine. Leur point commun est de flirter fortement avec le rêve voire l’inconscient. Même dans Tir Nan Og, il existe encore une distance entre les hommes et les fées, un autre côté du miroir. Refusez-vous de mélanger pleinement les fées et les hommes ?
Il s’agit juste d’intuitions, de partis pris. Pour moi, les fées n’ont rien de commun avec les hommes. Elles se voient comme des êtres d’une essence supérieure. Leur esprit, leur culture ne peuvent être correctement appréhendés par l’esprit humain.

Quel roman conseilleriez-vous à quelqu’un qui veut découvrir la fantasy urbaine ?
Il y en a beaucoup ! Il faut aller chercher chez Gaiman, Jonathan Carroll, John Crowley évidemment qui, pour moi, s’est hissé avec Le Parlement des Fées au-dessus de tous les autres, Charles de Lint, etc. Chez les Français : Johan Héliot, David Calvo, Léa Silhol sont les premiers noms qui me viennent à l’esprit. Mais j’en oublie forcément.

Pensez-vous que ce style d’histoires a un grand avenir ?
Ici encore, nous n’en sommes qu’aux balbutiements. Le genre existe déjà mais nous pouvons l’emmener plus loin, élargir, approfondir – injecter du social, du politique, du scientifique – procéder à des mélanges plus ou moins contre-nature. Si la fantasy urbaine meurt, c’est que personne n’aura su ou voulu porter l’étendard. La question qui se pose, à ce niveau, c’est celle de la réception en termes de ventes : des ouvrages consacrés à ce thème peuvent-ils toucher un large public ? Je reste persuadé que oui. Mais pas nécessairement dans une collection de genre.

Un de vos personnages dans Tir Nan Og s’exclame : « L’immuable et tragique nature des hommes : même confrontés à l’évidence, ils refusent de voir ». Une critique de notre esprit trop cartésien ou une façon de dire que nous refusons trop facilement l’Imaginaire ?
Il s’agit d’une réflexion assez générale. Je ne peux pas m’empêcher de penser que des choses très, trop évidentes se refusent obstinément à notre esprit – des sortes d’infra-concepts, annihilés par des schémas de pensée conscients, automatisés, polis par un contexte idéologique. Prenons la mort : il est possible qu’au moment ultime, une compréhension advienne ; on représente d’ailleurs souvent le passage comme quelque chose de lumineux : « bon sang, alors c’était bien ça ! ». Les enfants seuls savent croire authentiquement. C’est ce qui les rend si merveilleux et attachants. Plus tard, les gens croient au fric, au pouvoir. Autant dire que c’est terminé.
On peut décider que les fées ont toujours existé mais que nous leur avons donné d’autres noms, que nous avons plaqué sur elles nos idéologies ou nos fantasmes pour les rendre, eh bien, plus humaines. Ainsi avons-nous choisi, dans Tir Nan Og, de nous cantonner à une représentation « classique » des fées. Mais peut-être certaines personnes sont-elles des fées par intermittence? C’est ce qu’on appellerait « avoir la grâce ». Peut-être les fées sont-elles les rêves, la pluie ou la musique qui donnent une autre couleur à nos émotions – les larmes, qui nous délivrent de nos chagrins ?

Combien de tomes sont-ils encore prévus et quand sortira le prochain ?
Le prochain : dans moins d’un an. Combien de tomes ? Au moins quatre.

Richard Ely

Né en Belgique, j’ai passé toute mon enfance à Ellezelles, village sorcier. J’ai ensuite étudié les fées, elfes et lutins à l’université tout en croisant les chemins de Pierre Dubois, Claude Seignolle, Thomas Owen…
En 2007, après avoir parcouru bien des forêts et des légendes, je crée Peuple Féerique. Spécialiste du folklore féerique, auteur d’encyclopédies, de livres, d’albums, je poursuis mon exploration de ce Petit Monde de Merveilles pour le partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez les fées !

Abonnez-vous pour ne rien manquer...

%d blogueurs aiment cette page :